Publicitas tire sa révérence

Il n’y a plus d’issue pour Publicitas. L’agence publicitaire a déposé le bilan vendredi après ...
Publicitas tire sa révérence

Il n’y a plus d’issue pour Publicitas. L’agence publicitaire a déposé le bilan vendredi après avoir été lâchée par les éditeurs en raison de montants impayés. Le directeur général d'ArcInfo, Jacques Matthey, fait état de retards de paiement de plusieurs centaines de milliers de francs pour le quotidien

L'agence publicitaire Publicitas est en faillite. L'agence publicitaire Publicitas est en faillite.

Publicitas coule à pic. L’agence publicitaire, basée à Zurich, a déposé le bilan vendredi, selon le site Klein Report. La société n’a pas attendu la fin du sursis concordataire qui courait jusqu’à lundi. Entre 120 et 150 collaborateurs sont concernés par cette faillite.

Publicitas a essuyé la perte de plusieurs gros clients parmi les éditeurs au mois d’avril, à l’image de Romandie Combi qui regroupe les journaux ArcInfo, Le Quotidien Jurassien, Le Journal du Jura, La Liberté ou encore Le Nouvelliste.

Tamedia, Ringier, Admeira, le groupe NZZ, AZ Medien ont également rompu toute collaboration avec Publicitas, qui jouait le rôle d’intermédiaire entre les annonceurs et les médias. Ces partenaires de longue date évoquent des retards de paiements de l’agence publicitaire, dont la situation financière était devenue critique. Jacques Matthey, directeur général d'Arcinfo, fait état de retard de paiement de plusieurs centaines de milliers de francs essuyé uniquement par le quotidien. 

Alors qu’elle affichait 3'450 employés et plus de deux milliards de francs de chiffre d’affaires dans les années 90, la société Publicitas a plusieurs fois plongé dans les chiffres rouges ces derniers temps, souffrant de la chute des recettes des journaux.

Plusieurs éditeurs ont alors développé leurs propres plateformes publicitaires. Romandie Combi s’est ainsi tourné vers Gassmann Media, avec effet au 1er mai, pour ce qui concerne le marché publicitaire national. Sur le plan neuchâtelois, c’est Impactmedias qui a pris le relais, également au 1er mai. Le président de Romandie Combi et directeur général d’ArcInfo, Jacques Matthey, indique avoir repris cette entité des mains de Publicitas, un peu plus vite que prévu. La mise en route de la nouvelle organisation était prévue pour le 1er juillet. La chute de Publicitas a précipité les choses, explique Jacques Matthey, qui livre son analyse sur le déclin de l’agence publicitaire :

Jacques Matthey reste confiant pour l’avenir : « On a des réponses concrètes à apporter pour assurer aux annonceurs une continuité dans leurs campagnes de presse. » Il ajoute que cette continuité est assurée depuis le 1er mai sur le plan régional et en bonne voie de l’être sur le plan national.

Ironie du sort pour Publicitas: dans un communiqué publié au mois de janvier sur le déménagement du siège de l’entreprise, le CEO, Denis Gheysen, disait alors «commencer cette nouvelle année avec le plein d’énergie ». /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus