Patinoire: le peuple se prononcera sur les deux variantes

L’assemblée des délégués du SIDP a accepté mardi soir que la population ajoulote donne son ...
Patinoire: le peuple se prononcera sur les deux variantes

L’assemblée des délégués du SIDP a accepté mardi soir que la population ajoulote donne son avis lors d’une votation populaire sur une rénovation et un agrandissement de la patinoire avec un ou deux champs de glace

Patinoire

Les Ajoulots devront se rendre aux urnes pour décider de l’avenir de la patinoire d’Ajoie. L'assemblée des délégués du Syndicat intercommunal du district de Porrentruy a validé mardi soir le recours à la votation populaire, ainsi que les propositions à soumettre au peuple. Les citoyens, vraisemblablement fin juin, devront se prononcer sur deux questions : la première sur la rénovation d’un seul champ de glace à hauteur de 20,3 millions de francs, la seconde sur un crédit complémentaire de 7,5 millions de francs pour un deuxième champ de glace.

 

Des discussions animées

Une seule commune a refusé la solution de la votation populaire, à savoir La Baroche. Son maire, au nom du Conseil communal, a même demandé le renvoi de la séance. Romain Schaer estime que les chiffres manquent de clarté et qu’il ne faut pas se précipiter pour un projet aussi important. L’annonce de la possible rallonge d’un million de francs de la part de Porrentruy, lundi soir, change la donne et modifie les budgets présentés, selon lui. Cette proposition n’a pas été retenue par l’assemblée.

 

Une bataille de chiffres

D’autres propositions ont été émises concernant le montant résiduel de la dette maximale à charge des communes pour les variantes à un et à deux champs de glace. Plusieurs voix se sont élevées quant au coût à supporter pour des communes qui sont parfois dans des situations financières difficiles. Le maire de Coeuve, Benoît Bleyaert, a rappelé qu’en 2014 la dette maximale devait s’élever à 7,5 millions de francs, alors que pour le projet à deux champs de glace, celle-ci se montera à 13 millions de francs. C’est trop selon Coeuve. Un avis que partage la commune de Clos du Doubs. Pour son maire Jean-Paul Lachat, « il faut se payer ce qu’on peut s’offrir ». Finalement, une condition sera rajoutée à la première question de la votation populaire, à savoir une dette résiduelle maximale de 11 millions de francs. Un montant qui figure déjà dans le budget. Par 18 oui et 3 abstentions (La Baroche, Basse-Allaine et Coeuve), la population se prononcera sur ce premier point. Quant à la seconde question sur les deux champs de glace, elle a aussi été validée. Quatre communes se sont abstenues : La Baroche, Basse-Allaine, Clos du Doubs et Coeuve.

 

Des préavis favorables

Hormis les décisions sur la forme du scrutin, cette séance était aussi l'occasion de connaître le préavis de l’assemblée du SIDP sur les deux questions. Un préavis qui figurera sur le matériel de vote. Concernant la première question, 18 Conseils communaux y sont favorables, deux y sont opposés (La Baroche et Basse-Allaine) et une commune s’est abstenue (Coeuve).

Quant à l’option à deux champs de glace, elle a obtenu 16 préavis favorables, alors que 5 ne veulent pas du projet dans son ensemble, à savoir La Baroche, Basse-Allaine, Clos du Doubs, Coeuve et Courchavon. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus