Inondations : un couac dans la communication ?

Alors que les pompiers sont encore à l’œuvre, certains citoyens s'étonnent de ne pas avoir ...
Inondations : un couac dans la communication ?

Alors que les pompiers sont encore à l’œuvre, certains citoyens s'étonnent de ne pas avoir été alertés

 Courroux a été particulièrement touché par le débordement de la Scheult mercredi.

La Scheulte s’est déchaînée la nuit dernière. La rivière a débordé après les pluies diluviennes de la nuit dans plusieurs communes du Val Terbi et à Courroux. Les inondations ont été particulièrement importantes à Mervelier, à Vicques et à Courroux. Les pompiers sont à pied d’œuvre depuis minuit et demi et sont intervenus sur une soixantaine de maisons inondées. Il n’y a aucun blessé, mais quatre opérations de sauvetage ont été engagées pour des personnes prises dans les eaux. 

Reportage dans le Val Terbi et à Courroux avec Vincent Jacquat

Des habitants se plaignent de la communication

Au delà des dégâts matériels, plusieurs habitants étaient également en colère ce mercredi matin car ils n’ont pas été réveillés par les secours. Une alerte qui aurait permis aux particuliers d’intervenir plus vite pour mettre certaines choses à l’abri. A Courroux par exemple, certains ont été prévenus et réveillés par leurs voisins, mais ce ne sont pas les pompiers qui sont venus tambouriner aux portes et aucune sirène n’a retenti. Selon Damien Scheder, chef de la protection de la population pour le Jura, les circonstances ne le justifiaient pas :

Damien Scheder : « Des sirènes seulement en cas de danger imminent »

Mais entre pompiers et autorités, la communication n’a pas été optimale partout. Le maire de Bonfol, par exemple, a appris les inondations dans son village sur nos ondes à 6h00 ce mercredi matin. Fernand Gasser n'a reçu « aucun appel en absence » sur son téléphone alors que les pompiers étaient à l’œuvre depuis le milieu de la nuit. Normalement, une fois les autorités communales prévenues, c’est à elles de décider des suites à donner, et éventuellement avertir la population comme l’explique Damien Scheder :

Damien Scheder : « On savait que la décrue allait commencer »

Les précipitations ont atteint par endroit 30 à 40 litres d’eau par mètre carré. Le record de la nuit est pour Mervelier avec plus de 67 litres d’eau par mètre carré dans un bref laps de temps. Désormais, malgré quelques averses localisées, la tendance sera clairement à la décrue. /vja+jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus