Moissons : des rendements inférieurs à l’an dernier

Alors que la saison des moissons bat son plein dans le Jura, on récolte en moyenne 5 à 10 kg ...
Moissons : des rendements inférieurs à l’an dernier

Alors que la saison des moissons bat son plein dans le Jura, on récolte en moyenne 5 à 10 kg à l’are de moins qu’en 2017

Les moissonneuses-batteuses sont actuellement de sortie dans les champs jurassiens. Dans la plupart des secteurs du canton, l’orge a déjà été coupée. Les agriculteurs battent désormais du blé voire du colza en Ajoie. Alors que les récoltes s’étaient avérées plutôt bonnes en 2017, les rendements et la qualité apparaissent légèrement en retrait cette année. « Le point positif, c’est que les grains livrés sont secs voire très secs », commente Joseph Girardin, responsable de la coopérative Centre Ajoie à Alle. Il s’agit là d’un bon premier indice de qualité. En revanche, c’est l’indice quantitatif qui baisse. On se situe en moyenne entre 50 et 60 kg à l’are pour les orges et le blé, soit une dizaine de kilos de moins qu’en 2017. On relève également quelques disparités entre la Vallée de Delémont et l’Ajoie. Le blé des agriculteurs vadais semble davantage exposé aux mycotoxines liées à un petit champignon. Selon la société coopérative agricole de Courtételle, 5 à 8% du blé ont été déclassés en blé fourrager à destination du bétail en raison de ce problème. L’Ajoie est, en revanche, moins touchée selon la coopérative de Alle. 


Le colza s'est bien remis des frayeurs de l'hiver

Une bonne surprise est également observée sur la récolte de colza alors que les champs n’étaient « pas très beaux à la sortie de l’hiver », rappelle Joseph Girardin. L’humidité avait occasionné quelques pertes et on ne prévoyait alors pas une grande année. Mais on ne compte finalement en moyenne que 5 kg de moins à l’are par rapport à 2017. Un rendement certes inférieur mais tout à fait correct. La période de floraison, plutôt bonne, a donc permis de compenser les quelques dégâts de l’hiver. En plaine, il faut encore compter une bonne semaine de travail avant la fin des moissons. Cela prendra davantage de temps sur les reliefs et plateaux où l’on fauche encore de l’orge. /jpi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus