Moutier : plainte partiellement admise contre la SonntagsZeitung et le Matin Dimanche

Le Conseil suisse de la presse estime que le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung ont violé ...
Moutier : plainte partiellement admise contre la SonntagsZeitung et le Matin Dimanche

Le Conseil suisse de la presse estime que Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung ont violé leur devoir de vérité dans des articles concernant Moutier. Il a accepté partiellement une plainte déposée par le comité Moutier ville jurassienne

Le vice-maire et président du bureau de vote, Dominique Baillif, lors du dépouillement des bulletins du 18 juin 2017 à Moutier Le vice-maire et président du bureau de vote, Dominique Baillif, lors du dépouillement des bulletins du 18 juin 2017 à Moutier

Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung ont violé leur devoir de vérité dans des articles concernant le vote sur l’appartenance cantonale de Moutier. Le Conseil Suisse de la presse a publié sa décision ce matin. Il admet partiellement une plainte déposée par le comité Moutier ville jurassienne.

 

Grave accusation et grave négligence

 

Cette plainte visait des articles publiés en mars concernant un supposé tourisme électoral lié au scrutin du 18 juin 2017. Pour ce qui est de la SonntagsZeitung, le Conseil condamne l’utilisation du titre « Moutier, république bananière », qui suggérait que la ville était « gangrenée par la corruption, la vénalité et l’arbitraire étatique ». Il ajoute que le journal n’est pas en mesure d’étayer, même partiellement, cette grave accusation.

 

Le Matin Dimanche, lui, a écrit à tort que le ministère public « aurait d’abord refusé de transmettre sa décision de suspension de la procédure à la préfète ». Il s’agissait d’une erreur de traduction d’un article de la SonntagsZeitung, qui avait écrit que le ministère public avait dans un premier temps refusé de transmettre sa décision à la rédaction. Pour le Conseil suisse de la presse, il s’agit d’une négligence grave. Il appelle Tamedia à plus de vigilance.

 

Autres points de la plainte rejetés

 

Concernant les autres points de la plainte, ils ont été rejetés. Le Conseil suisse de la presse indique que les deux journaux ne se sont pas uniquement basés sur une étude anonyme pour évoquer le supposé tourisme électoral, mais qu’ils l’ont approfondie avec leurs propres recherches. Le Conseil juge par ailleurs que les rédacteurs n’ont pas dissimulé d’informations qui auraient affaibli le caractère sensationnel des articles.

 

Il ajoute que le fait de ne rendre que partiellement anonyme le fils du vice-maire se justifiait, car « il était dans l’intérêt du public d’apprendre que c’était justement le fils du vice-maire et du chef du bureau de vote qui s’était fait enregistrer comme habitant de Moutier environ quatre mois avant le scrutin ».

 

Enfin, Le Matin Dimanche a rempli son devoir de rectification après avoir prétendu à tort que le chef du bureau de vote était le fils du maire. Pour toutes ces raisons, le Conseil suisse de la presse estime que les chiffres 3, 5 et 7 de la « Déclaration des devoirs et droits du journaliste » n’ont pas été violés. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus