Samedi, dernière aube pour Le Matin

Le quotidien Le Matin vit ses dernières heures dans sa version papier. Dans les coulisses, ...
Samedi, dernière aube pour Le Matin

Le quotidien Le Matin vit ses dernières heures dans sa version papier. Dans les coulisses, une quarantaine d’employés perdent leur poste. L’éditeur Tamedia s’est retiré de la médiation jeudi soir

Vincent Donzé continuera à travailler pour Le Matin, toujours depuis un café à Bienne, proche des gens. Vincent Donzé continuera à travailler pour Le Matin, toujours depuis un café à Bienne, proche des gens.

Le Groupe Tamedia abandonne les négociations avec le journal Le Matin semaine. La mesure a été annoncée jeudi soir par un communiqué. Un coup de massue qui intervient à la veille de la parution du dernier numéro papier du quotidien orange. Pour le syndicat Impressum, Tamedia préfère « pousser ses collaborateurs aux dernières extrémités, plutôt que de s’asseoir à une table pour dialoguer ». Vincent Donzé est l’un d’eux. Correspondant pour l’Arc jurassien, il travaille depuis 1991 pour Le Matin. Il nous donne son sentiment dans cet extrait.

Vincent Donzé:

Dès lundi, les collaborateurs touchés ne se rendront plus au travail. Une quarantaine d’emplois sont supprimés.

Les amoureux du quotidien orange devront se connecter à internet s’ils veulent continuer à lire leur journal. Mais cette option ne semble pas ravir grand monde. À commencer par le Biennois Gérard Kessi rencontré dans un café de la cité seelandaise.

Gérard Kessi:

La dernière séance de rédaction du Matin s’est tenue vendredi matin. La mort de son papier est programmée pour samedi. Quelques images de la rédaction et quelques mots du rédacteur en chef. /jrg



Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus