« Une étape dans la lutte contre Monsanto » pour Longo Maï

La coopérative Longo Maï qui organise dimanche des portes ouvertes à Undervelier réagit à la ...
« Une étape dans la lutte contre Monsanto » pour Longo Maï

La coopérative Longo Maï qui organise dimanche des portes ouvertes à Undervelier réagit à la récente condamnation de Monsanto par la justice américaine

Longo Maï Longo Maï (avec trois de ses membres de gauche à droite: Laura Donzé, Esther Gerber et Raymond Gétatz) s'attend à un long combat contre Monsanto.

La lutte contre le glyphosate reste plus que jamais d’actualité pour Longo Maï. La coopérative européenne qui exploite la ferme du Montois à Undervelier fait partie des organisations à la pointe du combat contre Monsanto. Le groupe américain a été condamné récemment par un tribunal californien à verser 287 millions de francs à un jardinier. Le jury a estimé que le désherbant «  Round Up  » - à base de glyphosate et fabriqué par Monsanto - était à l’origine du cancer dont souffre l’agent d’entretien. Longo Maï salue ce jugement contre lequel le groupe américain a néanmoins fait recours. Dans l’entretien à écouter ci-dessous, un des membres de la coopérative, Raymond Gétaz, souligne la décision du tribunal californien ne marque pas la fin de l’histoire :

Pour la souveraineté alimentaire

Les activités de Longo Maï ne se limitent pas au combat contre le glyphosate, loin s’en faut. La coopérative s’engage également en faveur de la souveraineté alimentaire. Longo Maï qui détient la ferme du Montois à Undervelier apporte son appui à l’initiative qui sera soumise en votation fédérale le 23 septembre prochain. Le texte porté par Uniterre exige que la Confédération taxe davantage les produits étrangers pour soutenir les petites fermes helvétiques. L’initiative entre parfaitement dans la philosophie de Longo Maï qui milite, par l’exemple, pour une agriculture à taille humaine. Longo Maï soutient également l’autre initiative sur laquelle le peuple suisse se prononcera, à savoir celle des Verts pour des aliments équitables.

La coopérative organise, par ailleurs une journée portes ouvertes dimanche à partir de 14h. Un débat sur la sécurité alimentaire aura lieu dès 15h. Il réunira quatre intervenantes. Il s’agit de Valentina Hemmeler Maïga, membre du comité d’initiative, Wendy Peter, une paysanne bio lucernoise, Heike Schiebeck, une Autrichienne membre du mouvement international Via Campesina et Erica Hennequin, députée verte au Parlement jurassien. /comm + fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus