Des mesures pour lutter contre un insecte qui attaque le maïs

La Station phytosanitaire du canton du Jura a pris des directives pour lutter contre la chrysomèle ...
Des mesures pour lutter contre un insecte qui attaque le maïs

La Station phytosanitaire du canton du Jura a pris des directives pour lutter contre la chrysomèle des racines du maïs qui fait des ravages dans les cultures

Les racines de maïs sont prises pour cible par le petit insecte. Photo d'illustration Les racines de maïs sont prises pour cible par le petit insecte. Photo d'illustration

La chrysomèle des racines du maïs a fait son apparition dans le Jura. Plusieurs individus de cet insecte qui fait des dégâts dans les cultures de maïs ont été découverts dans des pièges installés à Soyhières, Movelier, Pleigne et Lugnez. La Station phytosanitaire du canton du Jura, qui s’attend à de nouvelles captures, a émis jeudi des directives de lutte pour contrer ce dangereux ravageur. Quatre zones focales ont été établies. Ces dernières se situent dans un rayon de cinq kilomètres autour des endroits où des individus ont été capturés.

Le transport hors de ces zones de toute récolte provenant de champs de maïs est interdit jusqu’au 30 septembre. Les machines agricoles doivent, par ailleurs, être consciencieusement nettoyées pour empêcher la dissémination d’insectes adultes et de pontes. Une zone de sécurité a, enfin, été établie sur l’ensemble du territoire cantonal. Les agriculteurs auront l’interdiction l’an prochain de planter du maïs sur les parcelles où ils en ont cultivé cette année.

Les quatre zones focales établies par la Station phytosanitaire du canton du Jura Les quatre zones focales établies par la Station phytosanitaire du canton du Jura

La chrysomèle des racines du maïs La chrysomèle des racines du maïs

La chrysomèle des racines du maïs occasionne des dégâts considérables dans les monocultures, selon Agroscope. Dans les cas graves, la perte de récolte peut aller jusqu’à 50%. Les larves dévorent les racines de maïs de l’extérieur et de l’intérieur.

La chrysomèle est classée parmi les organismes nuisibles particulièrement dangereux, au sens de l’Ordonnance fédérale sur la protection des végétaux. D’origine américaine, elle est arrivée en Suisse par le Tessin en 2000 et il y a quelques semaines dans plusieurs cantons du nord du pays depuis l’Alsace et le sud de l’Allemagne. /comm+alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus