Les langues s’invitent au Musée jurassien d’art et d’histoire de Delémont

Dès samedi, le musée proposera des visites guidées dans différentes langues, afin de s’ouvrir ...
Les langues s’invitent au Musée jurassien d’art et d’histoire de Delémont

Dès samedi, le musée proposera des visites guidées dans différentes langues, afin de s’ouvrir aux communautés de la région

De gauche à droite: Abd-Ellah El Jabri, guide, Valérie Rais, responsable de l'accueil au Musée jurassien d'art et d'histoire, Rukiye Beuchat, guide et Nathalie Fleury, conservatrice du musée. De gauche à droite: Abd-Ellah El Jabri, guide, Valérie Rais, responsable de l'accueil au Musée jurassien d'art et d'histoire, Rukiye Beuchat, guide et Nathalie Fleury, conservatrice du musée.

Turque, arabe, portugais, espagnol ou tigrigna. Dès samedi, les visiteurs du Musée d’art et d’histoire de Delémont pourront prendre part à des visites guidées dans ces différentes langues. Une initiative qui a pour objectif d’ouvrir les portes du musée aux communautés présentes dans la région. Dès ce week-end, cinq guides fraîchement formés feront visiter l’exposition permanente dans leur langue maternelle.

« Un jour, deux jeunes Erythréens sont venus visiter le musée, explique Valérie Rais, responsable de l’accueil. Ils avaient plein de questions, mais je ne pouvais pas y répondre, nous ne nous comprenions pas. C’est à ce moment que je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire, à offrir. »

Pour dénicher les futurs guides, les responsables du MJAH ont fait appel au bureau jurassien de l’intégration qui leur a donné une liste de noms à contacter. Une dizaine de personnes étaient intéressées. Cinq ont finalement été retenues pour suivre une formation d’une douzaine d’heures. « Chaque guide a élaboré sa propre visite des lieux en fonction des objets qui les intéressent » explique Nathalie Fleury, conservatrice du musée.




Faciliter l’accès à la culture


Pour les responsables du musée, il est important de donner l’accès à la culture au plus grand nombre. « Le musée appartient à tout le monde, explique Nathalie Fleury. Certaines personnes pensent que le musée n’est pas un lieu pour elles et n’osent pas franchir la porte. Mais ce projet est aussi une manière de dépasser ces frontières. » Et ça fonctionne. « Lorsque j’ai dit autour de moi que je faisais visiter le musée, des gens sont venus, explique Rukiye Beuchat, guide d’origine turque. Certains vivent dans la région depuis longtemps et n’avaient jamais mis les pieds au musée. »

Abd-Ellah El Jabri, guide d’origine marocaine, a tout de suite adhéré au projet : « Je suis très content de voir que le musée tend la main aux gens issus de la migration et les amène vers la culture. Cela permet à une population en quête de repères de s’approprier la région dans laquelle elle vit. »

Le coup d’envoi de cette nouvelle offre est fixé à samedi. Dès 15h, les jeunes guides en herbe feront visiter les lieux aux enfants. Les guides communautaires investiront les lieux de 15h30 à 16h. /tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus