Grand Conseil : pas de remise en cause du siège du Jura bernois

Le siège réservé au Jura bernois au sein du gouvernement cantonal est sauvé. Il était à nouveau ...
Grand Conseil : pas de remise en cause du siège du Jura bernois

Le siège réservé au Jura bernois au sein du gouvernement cantonal est sauvé. Il était à nouveau en danger, en raison d’un postulat qui demandait plus largement une réforme gouvernementale pour un canton de Berne dynamique. Le texte a été refusé

Les députés sont réunis au Rathaus dans le cadre de la session de septembre (archives). Les députés sont réunis au Rathaus dans le cadre de la session de septembre (archives).

Il n’est pas et plus question de rediscuter le siège gouvernemental réservé au Jura bernois. Le Grand Conseil a transmis ce message mercredi matin à l’occasion des débats lors du traitement du postulat déposé par l’élu vert libéral alémanique Mathias Brönnimann. Le texte demandait plus largement une réforme gouvernementale pour un canton de Berne dynamique. Tous les points du texte ont été rejetés à une large majorité. 


L’un d’entre eux visait à supprimer le siège du Conseil-exécutif réservé au Jura bernois ou l’élargir à l’ensemble de la minorité francophone du canton de Berne. En cause, son rôle déterminant la majorité politique au sein de l’exécutif durant ces dernières années : « ce n’est pas juste que 50 mille personnes puissent être faiseurs de majorité » a clamé l’élu alémanique à la tribune. Cet argument n'est pas valable pour Peter Gasser qui s’est exprimé au nom de la députation francophone : « chacun contribue à sa manière à faire pencher l’exécutif d’un côté ou de l’autre ». 


A gauche, comme à droite, les partis ont rappelé que le sujet avait déjà fait l’objet de récentes discussions. Inutile donc de revenir sur la question. Pour l’UDC et le parti évangélique, il s’agit du « pire moment pour mener cette discussion », au vue des recours pendant concernant le vote du 18 juin à Moutier. 


L’auteur du texte souhaitait encore augmenter le nombre de conseillers d’Etat, passant de 7 à 9, élire un président de gouvernement pour l’ensemble de la législature et modifier le mode d’élection du système majoritaire au proportionnel. Autant d’éléments qui n’ont pas trouvé d’écho favorable auprès du législatif. /anl

 

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus