Des scanners à avions seront produits à St-Imier

L’entreprise Tudor Tech SA a inauguré son usine de production jeudi matin dans la zone industrielle ...
Des scanners à avions seront produits à St-Imier

L’entreprise Tudor Tech SA a inauguré son usine de production jeudi matin dans la zone industrielle de la Clé

Mircea Tudor, PDG de Tudor Tech SA, Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch secrétaire d'Etat et directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie SECO et Jean-Luc Vincent, Président fondateur du Salon international des inventions de Genève lors du traditionnel coupé de ruban. Mircea Tudor, PDG de Tudor Tech SA, Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch secrétaire d'Etat et directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie SECO et Jean-Luc Vincent, Président fondateur du Salon international des inventions de Genève lors du traditionnel coupé de ruban.

Une inauguration en grandes pompes. L’entreprise Tudor Tech SA a présenté officiellement son usine de production jeudi matin à St-Imier. Le PDG de l’entreprise, Mircea Tudor, s’est exprimé devant un parterre d’invités pour parler de son « aventure suisse ». L’industriel roumain a choisi de délocaliser son entreprise de Bucarest, seul moyen pour développer son projet de scanners à avions. Un produit unique au monde qui veut révolutionner la sécurité aérienne mondiale. « J’ai choisi la Suisse pour plusieurs raisons, explique l’industriel. C’est un pays qui a une très bonne image de marque et qui permet de promouvoir les hautes technologies beaucoup plus facilement que la Roumanie. Sa neutralité politique et militaire est aussi un atout important. » Et s’il a choisi St-Imier, c’est en grande partie pour son savoir-faire industriel et la présence de hautes écoles d’ingénieries. Car l’entreprise compte, à terme, créer entre 120 et 150 postes de travail. Mircea Tudor nous a confirmé que les trois quarts seront réservés à la population locale.


 

Un gain de temps précieux


L’inauguration de jeudi matin était évidemment l’occasion pour Mircea Tudor de présenter son invention aux nombreux invités. Après les discours officiels et une rapide visite des lieux, l’entreprise s’est livrée à une petite démonstration. Le petit avion parqué devant l’usine depuis plusieurs mois a trouvé son utilité. A l’aide d’un petit treuil, l’engin est entièrement passé dans le scanner en moins de deux minutes. Une image rendue en temps réel a révélé de nombreuses armes cachées pour les besoins de la démonstration. « Ce système permet de gagner un temps précieux, a expliqué Mircea Tudor. En quelques minutes, il est possible de scanner un avion entier. Une fouille manuelle dure une dizaine d’heures. Un procédé qui peut bloquer un aéroport et engendrer des coûts importants. »


 

Une diversification bienvenue


Du côté des autorités communales de St-Imier, la venue de cette entreprise innovante est bien évidemment une bonne nouvelle. « Cette entreprise peut apporter une diversification très intéressante, explique le maire de St-Imier Patrick Tanner. Elle permet d’utiliser le savoir-faire et la main d’œuvre qui est formée ici dans l’Arc jurassien. La municipalité vit et existe grâce à l’horlogerie, mais ne dépendre que d’une seule branche d’activité est toujours dangereux. S’ouvrir à un nouveau marché est une volonté de longue date et permettra aussi d’être moins sensible aux crises, parfois douloureuses pour les collectivités. »



Un bâtiment certifié BREEAM, le seul de Suisse


Le projet a pris un peu de retard par rapport au calendrier initial. La raison est simple. L’entreprise a tenu à obtenir la certification BREEAM pour son bâtiment. Il s’agit d’une norme écologique particulièrement exigeante. « Nous vendons des produits innovants, mais nous souhaitons aussi que nos infrastructures le soient. C’est pour cela que nous avons pris du retard, mais ça en vaut la peine » précise Mircea Tudor. La production des scanners se fera à St-Imier. Une partie des assemblages seront effectués en Roumanie, mais la finalisation se fera dans l’usine imérienne. Les premiers scanners devraient être produits dans le courant du mois d’octobre. L’Egypte a déjà passé commande, c’est le premier client de l’entreprise. Mais Mircea Tudor a déclaré avoir des contrats avec d’autres pays. /tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus