Terrains de football cherchent nouvelle vie

Les terrains de Bressaucourt et Bourrignon n’ont plus de club résident pour la saison en cours ...
Terrains de football cherchent nouvelle vie

Les terrains de Bressaucourt et Bourrignon n’ont plus de club résident pour la saison en cours, les communes s’activent pour éviter qu’ils ne deviennent un fardeau

Le terrain de Bourrignon devrait encore être entretenu. Le terrain de Bourrignon devrait encore être entretenu.

Un terrain de football, ça s’entretient. Et quand plus aucune équipe ne l’utilise, il peut vite devenir un fardeau pour les communes. Dans le Jura, Bourrignon et Bressaucourt font actuellement face à ce problème. Leurs clubs n’ont pas aligné d’équipe en championnat cette saison, laissant ainsi les terrains à l’abandon. Et ça coûte de l’argent, « entre 3000 et 4000 francs par an » à Bourrignon pour l’entretien et la tonte du gazon. D’où la volonté des communes de trouver des solutions afin d’absorber ces coûts.


Bressaucourt espère trouver un autre club résident

La plus évidente, c’est de trouver un autre club résident qui aurait besoin d’un terrain. C’est l’issue espérée à Bressaucourt, commune fusionnée avec Fontenais, dont le club local n’a plus d’équipe mais n’est pas officiellement dissous. L’Union Jura Rugby a fait part d’un intérêt à utiliser ce terrain en Ajoie qui a le mérite de bénéficier d’un éclairage. Ce serait une solution idéale selon Lionel Richard, conseiller communal à Fontenais en charge du dossier :

Lionel Richard, conseiller communal à Fontenais

Trouver un autre club paraît en revanche plus compliqué pour Bourrignon, petit village perché au-dessus de Develier. Le FC Bourrignon n’a plus d’équipe et se dirige vers une possible dissolution, les installations reviendraient alors à la commune ainsi qu’à la Bourgeoisie qui est propriétaire du terrain. Même sans club résident, le maire de Bourrignon souhaite garder l’aire de jeu en l’état car elle représente une réelle attractivité pour louer la cantine située juste à côté explique Michel Eggenschwiler :

Michel Eggenschwiler, maire de Bourrignon

Évidemment, par mesure d’économie, le terrain ne sera plus tondu aussi souvent que par le passé. Ce sera également le cas à Perrefitte dans le Jura bernois. Le club n’aura pas d’équipe cette saison mais espère un renouveau dans un an, son terrain sera donc encore entretenu. Bref, même sans club résident, aucun village ne prévoit d’abandonner son terrain de football. Il représente un bien précieux, et surtout un lieu de vie (encore) incontournable. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus