Une enveloppe pour réparer les dégâts des intempéries à Val Terbi

Le Conseil général de Val Terbi a accepté mardi soir un crédit de 120'000 francs pour des travaux ...
Une enveloppe pour réparer les dégâts des intempéries à Val Terbi

Le Conseil général de Val Terbi a accepté mardi soir un crédit de 120'000 francs pour des travaux de remise en état après les intempéries du mois de juin

Photo d'illustration Photo d'illustration

La commune de Val Terbi sort le porte-monnaie pour faire face aux conséquences des intempéries de ce printemps. Le Conseil général a unanimement accepté mardi soir un crédit de 120'000 francs pour des travaux de remise en état. Les villages de Vermes, Vicques et Corban ont été sévèrement touchés par la montée des eaux survenue dans la nuit du 12 au 13 juin. De nombreux ouvrages, tels que des routes, chemin ou berges ont été mis à mal. Après les interventions d’urgence assurées par le SIS Val Terbi et la Protection civile, des travaux de génie civil ont dû être réalisés rapidement par la commune pour dégager les débris des cours d’eau et protéger le milieu bâti. D’autres chantiers doivent toutefois encore être menés pour rétablir certaines berges. Une demande de subvention sera envoyée à l’Office de l’environnement du canton du Jura. Concernant les dégâts provoqués chez les privés, plusieurs annonces ont été faites au Fonds suisse de secours pour dommages non assurables causés par des forces naturelles.

Un autre crédit de 120'000 francs a également passé la rampe du législatif. L’enveloppe correspond à une participation de la commune à un projet de réfection de plusieurs routes d’accès à des exploitations agricoles, dont la Petite et la Grande Schönenberg. Le dossier est porté par le Syndicat « Envelier-Schönenberg ».

Les élus ont, par ailleurs, donné leur préavis positif au Règlement d’organisation et d’administration de la Commune mixte de Val Terbi. Le texte a subi quelques modifications suite à l’arrivée du village de Corban en début d’année. Le peuple aura le dernier mot dans les urnes le 28 octobre. 


La déchèterie refait parler d’elle

Le Conseil général s’est également penché sur une interpellation de Clovis Chételat intitulée « Quel avenir pour la déchèterie le Tritout ? ». L’élu du Groupe Val Terbi Ensemble s’inquiétait notamment de la restriction des horaires d’ouverture et de la diminution du nombre de déchets pouvant être recyclés et valorisés. Le conseiller communal en charge du dossier a indiqué qu’une heure supplémentaire avait été ajoutée le mercredi et que les plaintes à ce sujet étaient extrêmement faibles. Claude-Alain Chapatte a reconnu que certains déchets n’étaient plus repris pour des raisons de coûts, mais aussi parce que les points de vente le font de leur côté. Il a souligné que ces mesures avaient permis de faire revenir la déchèterie dans les chiffres noirs. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus