Fontenais : les comptes déficitaires acceptés après de longs débats

Le trou de près de 400'000 francs a mis au jour des créances égarées mais aussi le manque de ...
Fontenais : les comptes déficitaires acceptés après de longs débats

Le trou de près de 400'000 francs a mis au jour des créances égarées mais aussi le manque de recettes de la commune

(Photo d'archives) (Photo d'archives)

Le feuilleton des finances communales de Fontenais a encore donné lieu à des débats nourris lundi soir. Plus d’une soixantaine de citoyens se sont déplacés afin de prendre part au vote sur les comptes et dépassements budgétaires de 2017. Les comptes présentaient, après analyse et correction par une fiduciaire mandatée pour l’occasion, un déficit de 393'679 francs alors que le budget tablait sur des excédents de charges à hauteur de 158'009 francs. Malgré l’état « dramatique » de ces comptes au regard de certains citoyens, ils ont été approuvé par 50 voix contre 3 et 6 abstentions (selon les chiffres officiels, le nombre d’abstentions étant dans les faits plus élevé).

 

A la recherche des débiteurs perdus

Les nombreuses interventions autour de la présentation des comptes 2017 ont notamment permis de distinguer deux problèmes majeurs. En premier lieu, celui de créances égarées, dont on peine à retrouver les débiteurs. « Le problème que l’on a, c’est que l’on ne sait pas qui nous doit de l’argent. Mais cela ne veut pas dire que c’est une perte totale », a reconnu Olivier Schaller, agent fiduciaire du cabinet BDO mandaté par le conseil communal. Or la différence entre ce que ces fameux débiteurs doivent et les chiffres que la commune a pu retracer est d’environ 58'000 francs. Loin d’être un détail. Eplucher les fichiers informatiques peut permettre de retrouver une partie des informations, « mais il subsiste un risque de devoir inscrire à l’avenir une perte de débiteurs » convient le maire Gregory Pressacco. « Mais on ne peut pas dire que le travail a été mal fait. Notre caissier a pris sa retraite après 30 ans et je pense qu’il a très bien fait son travail. Mais il a commencé lors des balbutiements de l’informatique. Depuis, tout a évolué… », justifie le maire. L’éclairage d’Olivier Schaller apporte à ce sujet une précision intéressante : « Nous avons constaté qu’il y a globalement peu de dépassements budgétaires. Cela signifie que le budget a été établi de manière professionnelle. Il y a également des éléments nouveaux dont l’ancien caissier communal ne pouvait objectivement pas avoir connaissance. »

Gregory Pressacco s'explique sur la liste des débiteurs

Gregory Pressacco : « on vit au-dessus de nos moyens »

Un autre voyant clignote rouge vif au regard des comptes de Fontenais, celui des ressources. Un point capital soulevé par l’ancien maire Pierre-Alain Fridez, tout juste de retour de Berne. « Le vrai problème de cette commune, c’est qu’elle manque de financement. Lorsque j’étais maire, l’entreprise Lang rapportait 850'000 francs d’impôts par année. C’est beaucoup moins aujourd’hui. Pour y faire face, il n’y a pas d’autre solution que d’augmenter les impôts », a exposé le conseiller national qui s’exprimait là en simple citoyen. « Nous sommes aujourd’hui à 300'000 francs d’imposition pour les personnes morales. Il faut le dire, nous vivons au-dessus de nos moyens. On n’a pas le choix, il faudra augmenter les impôts », renchérit à son tour le maire. Gregory Pressacco précise que cela devra être accompagné d’autres mesures, un plan d’économies devrait notamment être présenté prochainement. /jpi

Gregory Pressacco : « pas le choix d'augmenter les impôts »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus