Moutier : confiance et sérénité pour tous avant le verdict

La décision est désormais imminente : la Préfète du Jura bernois doit rendre son verdict d’ici ...
Moutier : confiance et sérénité pour tous avant le verdict

La préfète du Jura bernois doit rendre sa décision tout prochainement sur les recours qui ont suivi le vote du 18 juin 2017 en Prévôté. Prise de température

Moutier Moutier attend. Moutier saura bientôt. Mais l'histoire ne va pas se terminer.

La décision est désormais imminente : la Préfète du Jura bernois doit rendre son verdict d’ici la fin du mois sur les recours déposés après le vote communaliste du 18 juin 2017 à Moutier. Selon certaines sources, le voile pourrait être levé d’ici la fin de la semaine.

 

Presque un an et demi après le scrutin qui a vu 51,7% des votants prévôtois choisir de rejoindre le canton du Jura, la tension est toujours vive dans les milieux politiques et militants. Chaque bord attend avec impatience de connaître la décision de Stéphanie Niederhauser. Va-t-elle valider le vote du 18 juin ou le casser ? La tension est palpable dans les camps autonomiste et anti-séparatiste. Moutier Ville Jurassienne, par son directeur de campagne Laurent Coste, se dit confiant. Moutier-Prévôté, par son porte-parole Patrick Roethlisberger, se dit serein. L’état d’esprit est donc identique dans les deux bords, mais le ton est évidemment bien différent.

 

« C’est l’heure ! »

« Tout a été fait en toute légalité, on en est convaincu », clame Laurent Coste. Reste que l’incertitude sur le verdict de la Préfecture est totale : « C’est une décision qui n’est pas seulement juridique, elle est aussi politique. La logique juridique et éthique veut que le vote soit validé. S’il est annulé, ce sera une décision politique prise par le Conseil exécutif, un geste de sa mauvaise humeur », dit Laurent Coste. « Les recours déposés signifient que le vote sur l’appartenance cantonale doit être exemplaire. C’est la démocratie qui doit gagner. Nos adversaires se font d’ailleurs à l’idée que le scrutin peut être cassé», affirme de son côté Patrick Roethlisberger. Contrairement à Moutier Ville Jurassienne, le porte-parole de Moutier-Prévôté croit en l’impartialité de la justice exercée par la préfète. « L’exécutif cantonal n’a pas d’ordre à lui donner ni de pression à lui mettre. Je suis certain qu’elle est indépendante dans sa tâche. Il y a la séparation des pouvoirs. La préfète fait son travail et on ne pourra pas changer sa décision », dit Patrick Roethlisberger.

 

L’attente du maire enfin : « C’est l’heure, il faut aller de l’avant et se mettre à table », dit Marcel Winistoerfer, impatient. « La situation actuelle est compliquée pour nous qui devons faire avancer la ville. Mais je suis tranquille, il est complètement impensable que le vote soit cassé », conclut-il.

 

Nouveaux épisodes judiciaires en vue

Quoiqu’il arrive, sans surprise, on ne va pas en finir avec la justice. Les autonomistes estiment avoir gagné légitimement lors d’un scrutin très surveillé. Si le vote est annulé, ils saisiront le tribunal administratif et le tribunal fédéral au besoin. Idem dans le camp anti-séparatiste si le résultat du vote est confirmé. « On est dans une démocratie. Nous n’avons pas utilisé tous les moyens à disposition. Nous irons plus loin si la décision de la préfète ne nous convient pas », prévient Patrick Roethlisberger.

 

Sur l’aspect émotionnel enfin, quid en cas d’annulation du scrutin ? « Aucune manifestation ne sera organisée par Moutier Ville Jurassienne », affirme Laurent Coste. « On ne sait pas ce qui va se passer », conclut-il.

 

Quel qu’il soit, le verdict de la préfète du Jura bernois ne sera donc qu’une étape de plus dans ce dossier institutionnel. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus