L’Ajoie est au cœur d’un nouveau livre historique

Un nouveau livre historique est consacré à l’Ajoie. L’ouvrage d’environ 160 pages développe ...
L’Ajoie est au cœur d’un nouveau livre historique

L’historien Hervé de Weck a publié un ouvrage intitulé «L’Ajoie, no man’s land franco-suisse 1939-1945»

Hervé de Weck, auteur du livre « L’Ajoie, no man’s land franco-suisse 1939-1945 » Hervé de Weck, auteur du livre « L’Ajoie, no man’s land franco-suisse 1939-1945 »

Un nouveau livre historique est consacré à l’Ajoie. L’ouvrage d’environ 160 pages, intitulé L'Ajoie, no man's land franco-suisse 1939-1945, développe quelques-uns des problèmes qui se posaient en Ajoie et dans le Clos du Doubs pendant la Deuxième Guerre mondiale. Son auteur, l’historien Hervé de Weck, souhaite transmettre un message qui n’est pas essentiellement militaire. Il met notamment en avant la vie des Ajoulots pendant la Seconde Guerre mondiale et comment les réfugiés, qui risquaient d’être refoulés, ont été accueillis par un certain nombre d’habitants de la région.

Pour la rédaction de cet ouvrage, Hervé de Weck, membre d’honneur de la Société jurassienne des officiers (SJO), s’est appuyé sur ses nombreux articles historiques qu’il avait déjà rédigés ces dernières années ainsi que sur d’autres publications. Il nous a confié pourquoi avoir choisi le terme de « no man’s land » pour parler de l’Ajoie durant cette période : c’est en ouvrant, un peu par hasard, un dictionnaire qu’il s’est arrêté sur la définition de ce mot qui lui semble bien convenir à la région. Ce terme, qui désigne un territoire inoccupé entre le front de deux armées, illustre donc aussi bien le contenu du livre que la situation de l’Ajoie durant la période de 1939-1945.

Hervé de Weck estime que cet ouvrage peut être exploitable dans le cadre scolaire, et ce dès le lycée. Comme il s’agit d’un texte assez dense, l’auteur pense que les élèves devraient être âgés de 16-18 ans pour parcourir et tirer profit du livre. Il souligne qu’il s’agit toutefois d’un ouvrage grand public : « C’est un livre qui se veut facile d’accès, qu’on peut lire comme littérature de loisirs, et non pas comme une thèse de doctorat où il faut s’accrocher pour comprendre ». /ech


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus