Se maintenir et peut-être mieux pour le RPJ

Le Ralliement des Prévôtois jurassiens entend conserver ses positions – voire décrocher un ...
Se maintenir et peut-être mieux pour le RPJ

Le Ralliement des Prévôtois jurassiens entend conserver ses positions – voire décrocher un siège de plus - au Conseil de ville lors des élections communales

Ralliement des Prévôtois jurassiens, RPJ Le RPJ présente quatre candidats au Conseil municipal de Moutier, soit le sortant Dominique Baillif, Alain Claude, Michaela Dellea-Degoumois et Thierry Choffat (photo: de gauche à droite).

Le RPJ veut avant tout garder ses acquis à l’issue des élections municipales du 25 novembre à Moutier. Le Ralliement des Prévôtois jurassiens vise, au minimum, le maintien de son siège au Conseil municipal et de ses quatre fauteuils au Conseil de ville. La formation politique présente quatre candidats – dont le sortant Dominique Baillif – à l’exécutif et une liste de 18 noms, avec les quatre sortants, au législatif. Quant à la course à la mairie, le Ralliement des Prévôtois jurassiens appelle à voter en faveur du PDC sortant Marcel Winistoerfer.

Le RPJ a présenté son programme ce jeudi matin en conférence de presse. Il mise notamment sur le développement économique de la ville de Moutier par l’amélioration des conditions-cadres. Le RPJ souhaite ainsi « raccourcir le délai d’octroi des autorisations de construction et mettre à disposition plus de terrains industriels dans la zone des Laives ». Il s’engage également pour « conserver un hôpital régional pourvoyeur d’emplois à Moutier ».

 

Finances et écologie

Le Ralliements des Prévôtois jurassiens a, par ailleurs, dévoilé ses pistes pour améliorer les finances de la ville de Moutier, en proie à de sérieuses difficultés. La formation politique n’est pas favorable à une hausse d’impôt. Le RPJ préfère axer sa stratégie sur les économies à réaliser. Il retient, notamment une réduction «  d’une manière raisonnée » des services à la population et mise sur les synergies et « l’évaluation des taux d’engagement lors de chaque renouvellement de poste communal pour éviter un remplacement automatique ». Le RPJ estime également que l’augmentation des recettes doit passer par une hausse du nombre d’habitants via, entre autres, une politique d’incitation à la rénovation des logements existants. Il s’agit donc d’une stratégie en deux temps, comme l’indique ci-dessous Chantal Mérillat, la présidente du Ralliement des Prévôtois jurassiens :

Le RPJ, prend, par ailleurs, une teinte verte à l’occasion des élections communales. La problématique du réchauffement climatique préoccupe également la formation politique prévôtoise. Le programme du RPJ comprend pour la première fois la question de l’écologie et de la protection de l’environnement. Chantal Mérillat précise pourquoi cette thématique a été prise en compte :

Pas un parti et pas de droite

Chantal Mérillat a également tenu à répondre aux récents propos de la candidate PSJB Morena Pozner - attaquée pour son apparentement avec l’UDC et le PLR - qui a « catalogué le RPJ comme un parti de droite ». « C’est une étiquette que nous récusons totalement », a déclaré la présidente du Ralliements des Prévôtois jurassiens. Chantal Mérillat a indiqué que le RPJ n’était « pas un parti », qu’il ne s’apparentait à « aucune famille politique » et qu’il s’agissait d’un « mouvement de citoyens prévôtois ». Elle indique ci-dessous pourquoi elle a jugé cette mise au point nécessaire :

/fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus