« Moutier à venir » veut faire cesser les divisions en Prévôté

Le nouveau groupement antiséparatiste est entré en campagne lundi pour les élections municipales
« Moutier à venir » veut faire cesser les divisions en Prévôté

Le nouveau groupement antiséparatiste est entré en campagne lundi pour les élections municipales, il dit vouloir faire revivre la ville de Moutier

Les candidats au Conseil de ville de gauche à droite : Anne-Catherine Bögli, Pascal Amrein, Francis Pellaton (également en lice pour le Conseil municipal), Maryline Schnegg, Raphaël Girault et Chrystelle Lovis. Les candidats au Conseil de ville de gauche à droite : Anne-Catherine Bögli, Pascal Amrein, Francis Pellaton (également en lice pour le Conseil municipal), Maryline Schnegg, Raphaël Girault et Chrystelle Lovis.

« Moutier à venir » veut apaiser les tensions et faire revivre la cité prévôtoise. Le nouveau groupement antiséparatiste est entré lundi en campagne en vue des élections municipales du 25 novembre. Sa liste comprend un candidat au Conseil municipal et six au Conseil de ville. La plupart sont issus du mouvement Moutier-Résiste. Candidat à l’exécutif et au législatif, Francis Pellaton indique que « Moutier à venir » est composé de personnes ne souhaitant pas se présenter sous l’étiquette d’un parti en particulier.

Le groupement, qui participe à sa première élection et qui est opposé au transfert de Moutier dans le canton du Jura, propose diverses mesures liées à la Question jurassienne. Il souhaite notamment qu’un organisme de surveillance paritaire et neutre soit instauré pour « dénoncer et corriger les abus de la majorité autonomiste » . « Moutier à venir » demande également de renoncer aux couleurs jurassiennes sur les bâtiments officiels. « La division de notre cité a été engendrée et entretenue par la lutte continue pour le séparatisme », souligne la formation dans son manifeste de campagne.

 

Redresser les finances

Les candidats de « Moutier à venir » entendent aussi s’attaquer aux finances de la ville. « La première chose à faire est de tirer le frein. On pourrait aussi revoir la structure et éventuellement réunir certains services », explique Francis Pellaton. Pour le groupement antiséparatiste, le changement de canton n’est pas une solution aux problèmes financiers de la ville. « Moutier à venir » propose diverses mesures pour retrouver des comptes bénéficiaires. Il faut, selon lui, renoncer à augmenter les effectifs de la ville et ne pas remplacer les départs. Le groupement se demande également s’il ne faudrait pas dépenser moins d’argent dans la culture et les loisirs.

Francis Pellaton reconnaît qu’il ne sera pas facile pour « Moutier à venir » de se faire une place sur la scène politique prévôtoise. Il espère toutefois que la formation pourra décrocher un siège au Conseil de ville. /alr



Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus