Annulation du vote de Moutier : recours au nom de la jeunesse

Un document muni de 150 signatures de jeunes citoyens prévôtois sera remis au Tribunal administratif ...
Annulation du vote de Moutier : recours au nom de la jeunesse

Un document muni de 150 signatures de jeunes citoyens sera remis au Tribunal administratif bernois

Des jeunes Prévôtois étaient en tête de cortège le 9 novembre dernier à Moutier. Ils font aujourd'hui recours contre l'annulation du vote du 18 juin 2017 (photo: archive) Des jeunes Prévôtois étaient en tête de cortège le 9 novembre dernier à Moutier. Ils font aujourd'hui recours contre l'annulation du vote du 18 juin 2017 (photo: archive)

La contestation continue après l’annulation du vote du 18 juin 2017 à Moutier. La mobilisation vient cette fois de jeunes citoyens de la cité prévôtoise. Un nouveau recours muni de 150 signatures de personnes âgées de 18 à 30 ans sera ainsi déposé au Tribunal administratif du canton de Berne. Les recourants notent que la décision de la Préfecture du Jura bernois de casser le vote de Moutier « punit une jeunesse qui s’est investie dans une vraie démarche citoyenne. Annuler ce vote montrerait qu’il ne servirait plus à rien d’aller voter ».


Recours sans avocat

Les jeunes signataires estiment que le scrutin de juin 2017 a été le plus surveillé du pays. « Avec une participation de 90%, la votation a montré le comportement démocratique remarquable des habitants de Moutier. Les motifs d’annulation ne se justifient pas », écrivent-ils ce jeudi dans un communiqué.

Les auteurs de la démarche soulignent que « ce recours a été réalisé sans avocat, avec les connaissances basiques de droit de certains jeunes. Il conteste les griefs soulevés par les recourants en première instance. De plus, il demande à ce que les arguments soient examinés à l'aune des principes développés par la jurisprudence en la matière, soit les principes d’objectivité, de proportionnalité et de transparence. Ces principes sont interdépendants, mais ne peuvent s’exclure ». Les jeunes ajoutent qu’ils souhaitent « que les griefs des recourants probernois soient étudiés dans un contexte global, qui comprend notamment la désinformation systématique du Conseil-exécutif. »

Enfin, les auteurs de ce nouveau recours notent que leur démarche n’est appuyée par aucun parti ni aucun mouvement, et que l’on retrouve des jeunes de toutes tendances. /comm-rch

Caroline Branca, l'une des signataires, explique la démarche :


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus