Une page se tourne pour le RPJ et Interface à Moutier

Les deux mouvements actifs sur la scène politique prévôtoise ont perdu leur siège au Conseil ...
Une page se tourne pour le RPJ et Interface à Moutier

Les deux mouvements actifs sur la scène politique prévôtoise ont perdu leur siège au Conseil municipal ce dimanche. Une première depuis leur fondation

Elections Moutier Manuel Gsteiger (Intarface, à gauche) et Dominique Baillif (RPJ) n'ont pas été réélus au Conseil municipal de Moutier

Une page s’est tournée dimanche à Moutier lors des élections municipales. Deux mouvements politiques qui n’existent que dans la cité prévôtoise ont perdu leur unique siège au Conseil municipal. Dominique Baillif (RPJ) et Manuel Gsteiger (Interface) n’ont pas été réélus. Leurs fauteuils sont revenus au PSA et à l’UDC.

Le perdant chez les autonomistes, c’est le Ralliement des Prévôtois jurassiens. Il compte désormais un siège en moins au Conseil de ville (trois élus), mais surtout, il n’a plus de représentant au Conseil municipal. Le RPJ est pourtant un mouvement actif à Moutier depuis 1978, qui fait de la Question jurassienne son cheval de bataille. Il avait d’ailleurs un représentant à l’exécutif depuis sa fondation.

Autre perdant de ces élections : Interface. Ce mouvement qui se veut neutre dans le dossier institutionnel a perdu deux sièges au Conseil de ville, soit la moitié de ses représentants (2 élus), ainsi que son représentant au Conseil municipal Manuel Gsteiger. Fondé en 2010, Interface était directement parvenu à entrer à l’exécutif de Moutier avec Silvia Rubin. Le mouvement estime aujourd’hui que le côté plébiscitaire « Jura-Berne » du scrutin de ce dimanche l’a fortement désavantagé.

 

Arrivée de « Moutier à venir »

Sale temps, donc, pour les mouvements politiques non-traditionnels. Et pourtant, l’un d’eux, anti-séparatiste, a fait son entrée au législatif : « Moutier à venir ». Son unique élu, Francis Pellaton, entend promouvoir librement les idées des jeunes qui ont composé la liste. Les nouvelles autorités de Moutier – exécutives et législatives – entreront en fonction le 1er janvier prochain. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes