L’externalisation de la CASU 144 Jura porte ses fruits

C’est la réponse du Gouvernement jurassien à une question écrite du député UDC Lionel Montavon ...
L’externalisation de la CASU 144 Jura porte ses fruits

C’est la réponse du Gouvernement jurassien à une question écrite du député UDC Lionel Montavon. Depuis fin juin 2017, les appels passés à la Centrale d’appels sanitaires urgents sont basculés à la CASU Fribourg

La CASU Jura a tiré sa révérence en juin 2017 (photo : archives). La CASU Jura a tiré sa révérence en juin 2017 (photo : archives).

L’externalisation de la CASU 144 Jura est rentable. Depuis fin juin 2017, les appels passés à la Centrale d’appels sanitaires urgents sont basculés à la CASU Fribourg. Le Gouvernement jurassien a fait le bilan de cette mesure après une année, suite à une question écrite du député UDC Lionel Montavon. L’élu de Courcelon se demandait si cette externalisation porte ses fruits.

La contribution jurassienne se monte à 8 francs 69 par habitant du canton pour l’ensemble des coûts d’exploitation de la CASU Fribourg. Ce qui représente une dépense de 620'000 francs par année. Cela englobe la prise en charge des appels d’urgence, la gestion de la garde médicale et l’organisation des transferts inter-hospitaliers des sites de l’Hôpital du Jura, ainsi qu’inter-hospitaliers avec les établissements tiers.

Dans sa réponse, le Gouvernement affirme que l’économie annoncée de 300'000 francs est effective. Le dernier contrat signé avec la CASU JURA se montait à 900'000 francs à la charge du canton. L’économie annuelle nette est donc de 280'000 francs. À cela s’ajoute une économie de plus de 100'000 francs pour l’H-JU. Sans négliger le gain non financier d’une CASU Fribourg qui est certifiée par l’Interassociation de Sauvetage. 

Les employés reclassés, sauf un

En ce qui concerne les autres pistes d’optimisation, l’application Momentum sera disponible dès le 1er janvier. Elle permet de mieux gérer les urgences et d’optimiser les opérations de secours. Sa mise en fonction engendrera des dépenses, mais les engagements financiers seront tenus.

Enfin, sur les huit centralistes qui travaillaient à la Centrale d’appels sanitaires urgents jurassienne, sept ont pu être reclassés. Quatre d’entre eux travaillent désormais comme ambulanciers au sein du service d'ambulances de l'H-JU. Une personne a été engagée comme agent à la centrale d'engagement de la police cantonale jurassienne, une autre comme infirmier aux urgences de l'H-JU. Enfin, un régulateur a commencé sa formation d'ambulancier ES au sein de l'H-JU. Un cas reste plus complexe et est encore en cours. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus