Vers une aire de ravitaillement sur l’A16 à Boncourt ?

Une étude a été présentée à l’Association pour le Développement Economique du District de Porrentruy ...
Vers une aire de ravitaillement sur l’A16 à Boncourt ?

Une étude a été présentée à l’Association pour le Développement Economique du District de Porrentruy. L’infrastructure se veut futuriste et multiservices

L’aire de ravitaillement de Boncourt serait voisine de la plateforme douanière (photo : Google) L’aire de ravitaillement de Boncourt serait voisine de la plateforme douanière (photo : Google)

L’autoroute A16 pourrait voir une aire de ravitaillement sortir de terre à Boncourt. L’étude d’un projet a été présentée jeudi soir à l’assemblée générale de l’ADEP, l’Association pour le Développement Economique du District de Porrentruy. Cette aire serait construite à la frontière franco-suisse – tout près de la plateforme douanière – sur une surface de 22'000 m2. Porteuse du projet, l’ADEP recherche des partenaires et des investisseurs.

Une vitrine économique et touristique

La station-service telle que présentée se veut multiservices et doit répondre aux besoins de demain, en tenant compte des nouvelles tendances de décarbonisation de la mobilité. Le projet définit l’infrastructure comme étant un lieu d’accueil, de commerce, de détente et de plaisir. « L’avenir, c’est de répondre aux besoins des utilisateurs plutôt qu’aux besoins des véhicules. Il faut donner envie de s’arrêter », confie le professeur Calin Ionescu, auteur de l’étude du projet. L’idée est de faire de l’aire de ravitaillement une vitrine économique et touristique de la région. Le bâtiment principal pourrait donc comprendre une boutique de produits du terroir. On pourrait également y trouver un bar, un restaurant, des magasins, un kiosque ou encore un bureau de change. L’extérieur proposerait des parkings et des services pour les différents types de véhicules. Une aire de jeux sur le thème des dinosaures, un parcours fitness en plein air ou des espaces de détente et de pique-nique sont également proposés.

« Une zone extrêmement intéressante »

Le projet global pourrait coûter 10 millions de francs, selon une estimation. Le chiffre d’affaires minimal est estimé à 5 millions de francs par année. Pour le professeur Calin Ionescu, l’infrastructure est idéalement située: « La plateforme douanière est un endroit de ralentissement naturel dans les deux sens de circulation La proximité de la frontière et la proximité de la zone d’activités de Boncourt font de cet endroit une zone extrêmement intéressante pour imaginer une aire de ravitaillement ». /rch  


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus