Pas de conseillers pour les ministres jurassiens

Le Parlement a refusé l'engagement de collaborateurs personnels pour les membres du Gouvernement ...
Pas de conseillers pour les ministres jurassiens

Le Parlement a refusé l'engagement de collaborateurs personnels pour les membres du Gouvernement, lors de la discussion sur le budget 2019 de l'Etat

Les ministres jurassiens n'auront pas de conseiller personnel. Les ministres jurassiens n'auront pas de conseiller personnel.

Les ministres jurassiens n'auront pas de conseiller personnel. Le Parlement jurassien a refusé mercredi, par 50 voix contre 3 et 5 abstentions, la création de ces postes, ce qui permet de réaliser une économie de 360'500 francs. Les députés ont estimé que ce n'était pas le moment au regard de l'état des finances du canton, et que la forme laissait à désirer. Le débat s'est déroulé dans le cadre du traitement du budget 2019 du Jura. Le « non » l'a emporté dans tous les partis. Le PS a dénoncé un manque de clarté dans cette volonté de créer ces postes. « La forme n'est pas bonne », a dit Katia Lehmann. « La démarche est maladroite », a renchéri Pierre Parietti pour le PLR. Deux députés indépendants ont employé des mots forts : « C'est de l'irrespect pour le peuple », selon Yves Gigon. « C'est indécent », pense pour sa part Raoul Jaeggi. Le président du Gouvernement David Eray a estimé de son côté que l'engagement de « renforts » était nécessaire pour faire aboutir différents projets stratégiques. Il a procédé à diverses comparaisons intercantonales pour tenter de convaincre, en vain. Les députés ont toutefois laissé entendre que la porte restait ouverte et qu'il faudra rediscuter quand la situation financière du Jura sera meilleure.


Pas de renchérissement pour les fonctionnaires

Cette décision de ne pas engager de conseillers pour les ministres est survenue quelques instants après le refus d'acorder un renchérissement aux salaires des employés de l'Etat (0,6%, soit 1,6 million de francs). Les débats sur cette question ont été serrés. Le renchérissement a finalement été refusé par 30 voix contre 29 et 1 abstention. C'est la présidente du Parlement Anne Froidevaux (PDC) qui a tranché. Pour le Gouvernement, la ministre Nathalie Barthoulot avait demandé au plénum de voter « non » au renchérissement par souci d'équité après la décision de reporter la baisse fiscale d'une année. Pour la minorité, le député Rémy Meury a expliqué que le fait de ne pas augmenter les salaires en période de haute conjoncture était un mauvais signal pour le secteur privé. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus