Géothermie : l’amertume des promoteurs

Après le refus du Parlement jurassien de soutenir le projet de géothermie profonde en Haute-Sorne ...
Géothermie : l’amertume des promoteurs

Après le refus du Parlement jurassien de soutenir le projet de géothermie profonde en Haute-Sorne, les promoteurs du projet annoncent qu’ils ne baisseront pas les bras

Une affiche des opposants au projet. (Image : Archives) Une affiche des opposants au projet. (Image : Archives)

La pilule est dure à avaler pour les promoteurs du projet de géothermie profonde en Haute-Sorne. Mercredi, le Parlement jurassien a accepté la motion du PDC Christian Spring, qui demande au Gouvernement de mettre un terme définitif à ce projet. Seul l’exécutif est compétent dans ce dossier. Cette décision du législatif cantonal est un coup dur pour les promoteurs.

Coup dur, oui, mais dès les premiers échanges avec Olivier Zingg, le chef de projet auprès de Geo-Energie Suisse, on comprend que les promoteurs ne vont pas baisser les bras.

Olivier Zingg regrette l’évolution de l’opinion du Parlement jurassien. En 2013, le législatif de l’époque avait acceptée, parmi d’autres mesures, la fiche sur la géothermie profonde par 57 voix et une abstention. La décision de mercredi a donc du mal à passer.

Olivier Zingg, chef de projet de Geo-Energie Suisse

Autre réaction recueillie chez les partisans du projet, celle d’André Irminger, président de Géo-Energie Jura. Il nous a parlé de députés faibles, sans courage. Reste que désormais la décision parlementaire est prise. C’est donc au Gouvernement que revient le dernier mot. Pour Olivier Zingg, cela ne fait aucun doute, il faut aller de l’avant.

Si l’exécutif cantonal venait toutefois à prendre cette décision et à mettre une fin définitive au projet de Haute-Sorne, cette mesure pourrait ne pas rester sans conséquence. Le ministre de l’environnement, David Eray, a mis hier les députés en garde.

David Eray

Olivier Zingg estime pour sa part que Géo-Energie Suisse ne va pas se laisser faire

La balle est donc aujourd’hui dans le camp du Gouvernement jurassien dans cet épineux dossier. David Eray nous a dit hier que la possibilité de mettre un terme au projet dans de brefs délais serait étudiée prochainement. Il laisse toutefois la porte ouverte à d’autres options qui sont à réfléchir. /mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus