Les défis de la Ligne Belfort-Delle en 2019

Malgré un démarrage timide, les autorités suisses prônent la patience, plusieurs outils doivent ...
Les défis de la Ligne Belfort-Delle en 2019

Malgré un démarrage timide, les autorités suisses prônent la patience, plusieurs outils doivent être mis en place ces prochains mois

Plusieurs outils doivent encore être mis en place afin de remplir les trains de la ligne Belfort-Delle... et changer les habitudes. Plusieurs outils doivent encore être mis en place afin de remplir les trains de la ligne Belfort-Delle... et changer les habitudes.

La réouverture de la ligne ferroviaire Belfort-Delle, c’était il y a tout juste un mois ! Les premiers chiffres de fréquentation sont, pour l’heure, loin des objectifs. Selon la région Bourgogne – Franche-Comté, on compte sur ce premier mois d’exploitation une dizaine de voyageurs suisses par jour pour se rendre à la gare TGV de Belfort-Montbéliard et près de 200 voyageurs frontaliers. « Mais il faut bien comprendre que l’objectif est d’atteindre les 1600 voyageurs par jours dans trois ans », relativise le 1er vice-président de la région en charge des transports, Michel Neugnot.

 

Si l’on tient compte de la période des fêtes, la ligne Belfort-Delle n’a finalement connu que deux semaines d’exploitation normale. Le flux des scolaires est inexistant durant les vacances, or côté français on en espère 550 par jour dans l’objectif final. Il faut donc se montrer patient selon David Asséo le responsable mobilité-transport pour le canton du Jura qui a porté ce dossier côté Suisse.

David Asséo : « Un service est mature au bout de 2-3 ans »

Et pour inciter les frontaliers à prendre le train, les entreprises jurassiennes doivent proposer des tarifs avantageux via le fameux « Vagabond Job-Abo ». Un produit qui n’a cependant pas encore été adapté à la problématique transfrontalière comme l’explique Antonio Massa, président de Vagabond pour le canton du Jura.

Antonio Massa, président de Vagabond

Pour un travailleur frontalier, devoir cumuler un abonnement pour la partie suisse du réseau et un autre pour la partie française représente une contrainte. Des discussions franco-suisses vont donc s’ouvrir dans les prochains mois pour tenter de tout fusionner en un seul abonnement. D’ailleurs, un système d’information et d’achat de titre de transport transfrontalier, actuellement développé à Genève, doit arriver dans le Jura fin 2019. La fréquentation de la Ligne Belfort-Delle est certes faible pour le moment, mais à l’évidence beaucoup d’outils pour attirer les usagers ne sont pas encore en place. /jpi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus