Les voiries cantonale et communales sollicitées à cause de la neige

Contrôles du réseau, salage et déneigement sont des tâches qui doivent être effectuées plusieurs ...
Les voiries cantonale et communales sollicitées à cause de la neige

Contrôles du réseau, salage et déneigement sont des tâches qui doivent être effectuées plusieurs fois par jour sur l’ensemble du canton du Jura avec l’arrivée de la neige

Comme ici à Delémont, les routes du canton du Jura doivent être salées et déneigées. Comme ici à Delémont, les routes du canton du Jura doivent être salées et déneigées.


Les collectivités jurassiennes sont à pied d’œuvre. L’ensemble du canton s’est paré d’un manteau de neige. Entre les contrôles du réseau, le salage des routes et leur déneigement, les services de piquet ne chôment pas pour entretenir les quelques 500 km du réseau territorial. Le canton et les communes effectuent un travail complémentaire. 

L’Etat est responsable des routes cantonales. Cela fait depuis novembre que le Service des infrastructures est en mode service hivernal. Et il le restera jusqu’au mois de mars. Dans le cadre de son organisation, la voirie jurassienne et ses 38 employés s’occupent du salage des routes et de l’inspection du réseau. Elle fait toutefois appel à plus de 40 entreprises privées en ce qui concerne le déneigement.

 

Les communes doivent s’occuper de leur réseau communal

Les communes doivent, quant à elles, s’occuper de leurs rues, de manière autonome et indépendante. La manière de fonctionner diffère : il y a des communes qui proposent un service public, tandis que certaines s’offrent les prestations de privés. D’autres encore mise sur un entretien mixte. 

Capitale jurassienne, Delémont peut s’appuyer sur une grande voirie pour effectuer l’intégralité du service hivernal. Un système qui est plus économique, selon Hubert Jacquier, le chef du Service de l'urbanisme, de l'environnement et des travaux publics. La ville dispose de véhicules polyvalents qu’elle utilise tant en été qu’en hiver. Il suffit de les équiper d'une lame à neige devant et d'une saleuse derrière pour assurer le déneigement. Et aucun engagement de personnel supplémentaire n’est nécessaire. 

Les ressources humaines et matérielles font par contre défaut à Saignelégier. Le chef-lieu franc-montagnard fait exclusivement appel à des entreprises privées pour assurer le salage et le déneigement. Il s’agit de mandats gagnant-gagnant selon le maire Vincent Wermeille. Il avance également une tendance qui est de plus en plus à l’externalisation. Les particuliers peuvent ainsi utiliser des véhicules qui resteraient sans cela au garage l’hiver. Et la commune s’évite l’achat d’un équipement jugé comme pas rentable. Le budget affecté à ce service privé se monte à 130'000 francs par année.

Enfin, certaines communes, comme Val Terbi et Les Breuleux, optent pour un service mixte. La voirie assure l’essentiel des tâches, mais elle a besoin du concours de privés ou de paysans pour compléter le travail sur certains tronçons. 

À noter que les communes jurassiennes bénéficient d’une somme d’argent provenant de la péréquation financière destinée à l’entretien des routes en hiver, en fonction de l’altitude à laquelle elles se situent. Elle se monte, par exemple, à 40'000 pour Saignelégier et à 28'000 francs pour Les Breuleux . /emu

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus