Un important trafic de drogue devant la justice

Un procès hors du commun s’est ouvert lundi devant la justice jurassienne. Une bande de six ...
Un important trafic de drogue devant la justice

Un procès hors du commun s’est ouvert lundi devant la justice jurassienne. Une bande de six hommes comparait devant le Tribunal pénal de première instance à Porrentruy pour des infractions à la Loi fédérale sur les stupéfiants. Un important dispositif de sécurité a été mis en place

Un procès sous tension à Porrentruy (photo : archives). Un procès sous tension à Porrentruy (photo : archives).

La justice jurassienne se penche sur un vaste trafic de drogue. Une bande de six hommes comparait depuis lundi matin devant le Tribunal pénal de première instance à Porrentruy. Les prévenus doivent notamment répondre d’infractions à la Loi fédérale sur les stupéfiants. Vu les tensions entre les différents protagonistes dont cinq sont en prison, le procès se déroule sous haute surveillance. Une quinzaine de policiers sont mobilisés, alors qu’un portail détecteur de métaux a été installé à l’entrée de la salle d’audience. Le procureur Nicolas Theurillat a requis des peines allant de cinq à huit ans de prison ferme pour la majorité des accusés.

 

Des faits « graves »

La gravité des infractions reprochées aux prévenus a été mise en avant par le procureur. Que ce soit au niveau de l’organisation en bande, de l’étendue géographique qui va de Porrentruy à Bienne, du nombre d’années en cause, soit 2013 à 2016, ou encore de la quantité de drogue. Cocaïne, amphétamine, haschich, marijuana ou MDMA : la liste des délits supposés est longue. Elle fait d’ailleurs plus de huit pages. Certains membres du groupe se seraient même rendus à plusieurs reprises aux Pays-Bas et en Belgique pour importer de la drogue en Suisse. Ce trafic aurait généré un bénéfice largement supérieur à 100'000 francs pour la bande.

Nicolas Theurillat a tenté d’expliquer le rôle de chaque protagoniste. Selon lui, il y a notamment le chef qui s’est fait discret et qui a continué de gérer le trafic une fois en prison. On peut aussi citer son bras-droit, son associé avec lequel il s’est brouillé ou encore un chauffeur. D’après Nicolas Theurillat, trop d’éléments pèsent en la défaveur des prévenus. C’est pourquoi il a réclamé des peines allant de cinq à huit ans de prison ferme. Une exception à signaler toutefois : le procureur n’a requis que trois ans de prison avec sursis contre le chauffeur, sachant notamment qu’il a déjà exécuté une partie de sa peine.

 

Des avocats choqués par les peines

Pour l’heure, deux avocats ont plaidé. Ils se sont dits estomaqués et abasourdis par les peines réclamées par le procureur. L’un a estimé que tout avait été exagéré et que le réseau en question était loin de ressembler à celui d’El Chapo ou de Pablo Escobar. Le manque de preuves a également été mis en avant par les avocats.

Le procès va se poursuivre mardi avec la suite des plaidoiries. Le verdict sera rendu jeudi. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus