Le dossier des micropolluants en suspens à la STEP de Roches

Le Gouvernement jurassien indique dans un rapport publié récemment que le traitement des micropolluants ...
Le dossier des micropolluants en suspens à la STEP de Roches

Le Gouvernement jurassien indique dans un rapport publié récemment que le traitement des micropolluants à la STEP de Roches n’est pas envisagé à court terme. L’information ressort de vastes discussions menées depuis plusieurs années entre les cantons du Jura, de Berne et la Confédération

Le traitement des micropolluants ne se fera pas avant 2022 à la STEP de Roches (photo : archives). Le traitement des micropolluants ne se fera pas avant 2022 à la STEP de Roches (photo : archives).

Le traitement des micropolluants à la STEP de Roches n’est pas planifié à court terme. L’information ressort d’un rapport du Gouvernement jurassien relatif à un postulat accepté en 2015 par le Parlement. Un député souhaitait savoir s’il était possible de traiter les micropolluants des eaux épurées de la STEP de Roches à celle de Soyhières. Son texte faisait suite à la disparition de plus de 10'000 poissons dans la Birse en 2014. Si cette baisse de la faune piscicole n’a jamais pu être élucidée, la station d’épuration de Roches avait été mise hors de cause.

 

Dossier en attente jusqu’en 2022

L’exécutif jurassien indique que de vastes discussions ont été menées ces dernières années à plusieurs niveaux. La Confédération estime qu’à l’heure actuelle le traitement des micropolluants à Roches n’est pas indispensable. Il appartiendra au canton de Berne d’en décider sur la base d’une stratégie qui est encore à compléter. La Commission Birse, qui regroupe plusieurs cantons dont le Jura et Berne, a alors décidé de laisser le dossier en suspens jusqu’en 2022. D’ici là, diverses campagnes d’analyses intercantonales seront menées pour mieux comprendre l’impact des micropolluants sur la faune aquatique de la Birse.

 

Un raccordement à Soyhières pas pertinent

Concernant un éventuel raccordement à la STEP de Soyhières, le Gouvernement jurassien indique que ce n’est pas une solution pertinente. L’apport d’eaux épurées y réduirait notamment les performances de traitement. Autre solution : la mise hors service de la STEP de Roches et son raccordement complet à Soyhières. L’exécutif précise que cette option n’est qu’envisageable à long terme et que cela impliquerait un agrandissement de la STEP jurassienne.

Quoiqu’il en soit, à court terme, la balle est dans le camp du canton de Berne qui doit définir une stratégie globale pour l’ensemble de son territoire. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus