L’Eisplanade se termine sur un succès malgré les tribulations de la météo

La 2e édition de la plus grande patinoire à ciel ouvert de Suisse s’est terminée samedi soir ...
L’Eisplanade se termine sur un succès malgré les tribulations de la météo

La 2e édition de la plus grande patinoire à ciel ouvert de Suisse s’est terminée samedi soir à Bienne

L'Eisplanade de Bienne sera ouverte jusqu’au 15 février. L'Eisplanade de Bienne sera ouverte jusqu’au 15 février.

L’Eisplanade laisse place à l’Esplanade. La 2e édition de la patinoire biennoise à ciel ouvert s’est terminée dans la nuit de samedi à dimanche. Elle avait été installée le 1er décembre vis-à-vis du Palais des Congrès. A l’heure du bilan, l’un des cofondateurs du projet, Kenan Sahin, est satisfait. Pour lui, cette 2e édition a connu un véritable succès : « l’Eisplanade a enrichi l’hiver à Bienne, des enfants, des jeunes et des adultes ainsi que des classes ont beaucoup profité de cette immense patinoire ». Au chapitre des nouveautés, il note que l’application a très bien marché. Ce qui n’est pas le cas en revanche pour la vente de Pin’s prévue pour soutenir le projet financièrement.

Selon Kenan Sahin, le nombre de visiteurs de cette 2e édition est presque similaire à celui de l’année précédente, soit environ 60'000 personnes. Un bilan complet sera toutefois dévoilé en avril. A ce stade, il peut aussi affirmer que les patineurs sont issus de toute la Suisse et même de France, d’Autriche, d’Allemagne ou encore d’Italie. Une chaîne de TV espagnole s’est aussi déplacée pour faire un reportage sur l’Eisplanade. La météo est aussi venue jouer les trouble-fêtes notamment les weekends et les mercredis après-midi. Plusieurs soirées spéciales ont ainsi dû être annulées. 


Reconduite incertaine

Une 3e édition pourrait voir le jour à la fin de l’année, mais là aussi il faudra attendre le mois d’avril pour en être sûr. Du côté des organisateurs, la volonté est là, indique Kenan Sahin. Reste donc à trouver le financement nécessaire : « l’idéal serait de pouvoir faire du sponsoring fixe sur trois ans. Cela nous permettrait d’avoir une certaine sécurité et cela nous éviterait d’attendre jusqu’au mois de septembre pour savoir si on aura les fonds nécessaires » conclut-il. /anl


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus