De la prison pour deux auteurs de vols

Des ressortissants français ont été lourdement condamnés vendredi à Porrentruy.
De la prison pour deux auteurs de vols

Des ressortissants français ont été lourdement condamnés vendredi à Porrentruy

Deux citoyens français ont été condamnés à l'emprisonnement, puis à l'expulsion du territoire suisse (image d'illustration) Deux citoyens français ont été condamnés à l'emprisonnement, puis à l'expulsion du territoire suisse (image d'illustration)

Deux citoyens français écopent de peines de prison ferme pour avoir commis de nombreuses infractions dans le Jura. Ils ont été condamnés vendredi matin par la Cour pénale du Tribunal à Porrentruy. Sanction pour le premier prévenu : 30 mois d’emprisonnement. Le deuxième – qui ne s’est pas présenté à l’audience – doit purger 24 mois, dont 12 avec un sursis partiel de 5 ans. Les deux hommes devront aussi s’acquitter de jours-amende et payer des montants pour tort moral. Ils sont par ailleurs expulsés du territoire suisse pour 10 ans.

Les prévenus ont été reconnus coupables – notamment – de vol en bande, violation de domicile, dommages à la propriété, injures et infractions graves à la Loi sur la circulation routière. Ils sont aussi coupables d’avoir empêché un contrôle d’usage des gardes-frontières, en accélérant au moment où un agent s’approchait du véhicule qu’ils avaient volé. Ils l’ont ainsi mis en danger en prenant la fuite. La juge Corinne Suter a suivi la procureure Geneviève Bugnon dans son jugement : elle n’a pas trouvé de circonstance suffisamment atténuante pour alléger la peine prononcée contre les deux hommes.


« Pas un voyage d’agrément »

Ces ressortissants français ont commis des méfaits dans des commerces ajoulots et ont donc dérobé des voitures à des particuliers en 2017. « Il ne sont pas entrés en Suisse pour un voyage d’agrément. Ils n’ont par ailleurs pas beaucoup de considération pour la propriété d’autrui », a déclaré la juge. Pour Corinne Suter, les deux hommes ont recherché des cas faciles pour passer à l’acte dans le but de s’enrichir.

Le prévenu le plus lourdement condamné a un casier judiciaire jugé exécrable par la Cour. « Il a passé un bonne partie de sa vie à commettre des infractions et avait déjà été puni de 4 ans de prison en 2013. Ca ne lui a pas servi de leçon », a dit Corinne Suter. Quant au deuxième prévenu – qui n’est pas venu devant le Tribunal – il avait jusqu’à présent un casier vierge en Suisse, mais avait déjà subi cinq condamnations en France. L’homme était endetté, d’où sa motivation à commettre des actes délictueux. /rch


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus