Risque de prison ferme pour brigandage qualifié

Trois prévenus ont comparu au Tribunal de première instance à Porrentruy et risquent entre ...
Risque de prison ferme pour brigandage qualifié

Trois prévenus ont comparu au Tribunal de première instance à Porrentruy et risquent entre 12 et 36 mois de prisons ferme selon la procureure

Le Tribunal de première instance de Porrentruy. Le Tribunal de première instance de Porrentruy.

Deux plaignants, trois prévenus et un couteau. Trois hommes comparaissent devant le Tribunal de première instance de Porrentruy pour brigandage qualifié. L'un d'eux a menacé une des plaignantes avec une lame longue d'une dizaine de centimètres en février 2017. Les prévenus pourraient écoper entre 12 et 36 mois de prison ferme pour la procureure Laurie Roth. 

Les trois prévenus avaient, selon les mots de Laurie Roth, planifié les faits. La procureure demande que l'auteur principal du brigandage, armé du couteau, écope de 36 mois de prison ferme et d'une expulsion du territoire suisse. Chose que l'avocat de la défense refuse. Son client a des circonstances atténuantes selon lui : l'homme a retrouvé un travail et une vie sociale. Retourner en Angola, son pays d'origine, le « détruirait » et le mettrait en danger, a lancé l'avocat. 

Le second prévenu, lui, est également accusé de brigandage qualifié. La procureure requiert 30 mois de prison, dont 12 ferme. La défense a, quant à elle, demandé neuf mois de prison avec sursis, vu son état dépressif durant les faits. Enfin, pour le troisième auteur, la procureure demande 24 mois de prison dont 12 ferme. Elle le considère comme co-auteur de brigandage. Que nenni pour ses avocats : l’homme faisait le guet et n’est donc pas coupable d’agression. Il n’est donc qu’un complice et ne doit écoper seulement de 180 jours-amende à 10 francs. Le jugement sera rendu mardi à 11 heures.  /vma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus