Trois hommes jugés pour brigandage, un seul écope de prison ferme

Les comparses étaient entrés chez un homme pour lui voler de l’argent en 2017. Ils comparaissaient ...
Trois hommes jugés pour brigandage, un seul écope de prison ferme

Les comparses étaient entrés chez un homme pour lui voler de l’argent en 2017. Ils comparaissaient depuis hier devant le Tribunal pénal à Porrentruy, et ont été condamnés pour brigandage

(Image : archives) (Image : archives)

Deux prévenus sur trois échappent à la prison pour brigandage. Les faits remontent à 2017 et se sont déroulés à Porrentruy : trois comparses se sont rendus de nuit chez un homme pour lui dérober de l’argent. Deux sont entrés pendant que le troisième faisait le guet, et l’un aurait menacé d’un couteau la compagne du plaignant. Le Tribunal pénal à Porrentruy a rendu son jugement mardi : il a libéré les trois hommes de l’accusation de brigandage qualifié, mais retenu le brigandage et la violation de domicile pour deux d’entre eux. Le troisième n’est jugé que complice.


Deux points à éclaircir

Le juge Pascal Chappuis devait éclaircir deux aspects de l’affaire : le couteau retrouvé sur les lieux a-t-il été utilisé et si oui, comment ? Et quel a été le rôle du 3ème homme, qui faisait le guet à l’extérieur ? Le juge a estimé que la présence du prévenu avait bien « renforcé l’intensité délictueuse des autres », mais qu’il n’avait joué aucun rôle actif. Il est donc complice et non coauteur, comme l’affirmait la veille la procureure Laurie Roth, dans son réquisitoire. Mais l’homme n’est pas innocent pour autant : il écope de 180 jours amende à 10 francs, avec un sursis de deux ans.

Quant à l’usage du couteau, les plaignants se sont contredits dans leurs déclarations. Le tribunal retiendra donc la version de l’un des prévenus : le couteau était bien là, mais il est tombé par hasard. Il n’a donc pas été utilisé pour menacer, ce qui aurait alourdi la peine. Les deux principaux prévenus ne sont jugés coupables que de brigandage simple et de violation de domicile. 


Peine adaptée aux antécédents

L’instigateur du vol écope d’un ensemble de 18 mois de prison ferme, en raison de ses antécédents jugés « très très mauvais » par Pascal Chappuis. Il était au bénéfice de sursis qui ont ainsi été révoqués : le prévenu avait déjà agressé en 2014 le même homme, ce qui prouve selon le tribunal qu’il n’a pas eu de prise de conscience. Il est également expulsé du territoire suisse pendant 10 ans. Son comparse a un casier judiciaire un peu meilleur : une peine pécuniaire a donc été privilégiée. Il écope de 360 jours amende à 10 francs, avec un sursis de deux ans. Les trois prévenus devront également payer des frais de justice à hauteur de 13 à 14'000 francs. /nbe

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus