Un projet de poulailler à Bonfol de nouveau sur les rails

Selon le journal officiel, un agriculteur demande un permis de construire pour un bâtiment ...
Un projet de poulailler à Bonfol de nouveau sur les rails

Selon le journal officiel, un agriculteur demande un permis de construire pour un bâtiment abritant 18'000 poules pondeuses : ce serait la plus grosse structure de ce genre dans le Jura

Un poulailler de 95 mètres sur 25 et six mètres et demi de hauteur pour quelque 18'000 poules pondeuses. C’est le projet de construction d’un bâtiment destiné à la ponte à Bonfol. Des chiffres qui peuvent paraître énormes... Mais ce n'est pas le cas face aux pratiques de nos voisins. Pour Michel Darbellay, directeur d’AgriJura, il faut comparer ce qui est comparable : « En Allemagne, des poules pondeuses sont détenues dans des unités de 100'000 volailles ».

Sans compter que ce projet répond à une demande comprise par la grande distribution : près de trois-quart des Helvètes mangent des œufs suisses. Pour Michel Darbellay: « Si on doit répondre aux attentes des consammateurs, ont doit être ouvert à réaliser des structures de ce genre ».

Le directeur d’AgriJura relève aussi que ce projet de Bonfol permettra aux poules de sortir. Elles auront accès à une aire extérieure et aux pâturages : « Ce sera un poulailler exemplaire en terme de bien-être animal » assure Michel Darbellay.


Pas d'opposition au projet pour Pro Natura Jura

Moins de réjouissances en revanche du côté de Pro Natura Jura qui suit le dossier de près. Il y a cinq ans, le même agriculteur avait déposé un projet similaire, mais pour des poules destinées à la production de viande. L’association de protection de la nature s’y était opposée et l’affaire était allée jusqu’au Tribunal fédéral. Les juges avaient fini par donner raison à l’agriculteur. Mais entre-temps, la demande de la part des grands distributeurs a évolué. Le paysan mise désormais sur les œufs.

Pour la chargée d’affaire de Pro Natura Jura, Lucienne Merguin-Rossé, ce nouveau projet n’est toujours pas satisfaisant : « Il s’inscrit dans une vision agricole industrielle ». Pour elle, cette « visée porte atteinte à l’environnement : cela pollue les eaux et les sols ».

Mais après la décision favorable du Tribunal fédéral sur le précédent projet, Pro Natura Jura ne compte pas faire de nouveau opposition. L’agriculteur en charge du projet n’a pas souhaité s’exprimer avant la fin du délai d’opposition prévu pour le 29 mars prochain. /vma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus