Une pénurie de poissons géniteurs frappe le Jura

L’Office de l’environnement est chargé de fournir plusieurs dizaines de géniteurs par année ...
Une pénurie de poissons géniteurs frappe le Jura

L’Office de l’environnement est chargé de fournir plusieurs dizaines de géniteurs par année. Il n’en a fourni aucun ces dernières années. Les pêcheurs jurassiens ont tiré la sonnette d’alarme

Photo: archives. Photo: archives.

Le repeuplement du Doubs en truites est insuffisant. La Fédération cantonale des pêcheurs jurassiens (FCPJ) s'en est inquiétée dans son dernier rapport d'activité. L'Office de l'environnement jurassien n'a fourni aucun poisson géniteur depuis plus de trois ans. Plusieurs dizaines de géniteurs devraient être capturés chaque année, selon le plan de gestion halieutique établi entre la FCPJ et l'Office de l'environnement.


Des conditions de capture difficiles dans le Doubs

Un débit d'eau trop important en automne a empêché la capture de géniteurs dans le Doubs ces dernières années, explique Amaury Boillat, inspecteur de la faune à l'Office de l'environnement. 

La FCPJ et le canton se sont rencontrés lundi dernier. Une solution a été trouvée à court terme : « Les derniers alevins prélevés dans le Doubs sont en captivité dans un bassin à St-Ursanne », explique Amaury Boillat.  Ils arriveront à maturité cet automne et seront ainsi capturés en tant que géniteurs.

Amaury Boillat  : «  Le potentiel géniteur existe pour l’automne prochain  »

Cette solution satisfait la FCPS. Elle évite « d'appauvrir le Doubs en géniteurs », selon Alain Christe, président de la Fédération. Même si la livraison de géniteurs est garantie pour cet automne, la pénurie de ces dernières années pourrait avoir des conséquences à long terme.

Alain Christe  : «  On verra les conséquences dans plusieurs années  »

La Fédération a proposé de reprendre la responsabilité de la pêche des géniteurs à son compte. L'Etat a souhaité conserver cette prérogative.

Amaury Boillat  : « La pêche sur le Doubs est plus contraignante que dans la Birse ou la Sorne  »

Selon Amaury Boillat, le plan de gestion halieutique est amené à évoluer, notamment en raison des changements climatiques. /mmi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus