Des séniors de retour à l’école

Le canton du Jura et Pro Senectute Arc jurassien lanceront dès la rentrée prochaine un projet ...
Des séniors de retour à l’école

Le canton du Jura et Pro Senectute Arc jurassien lanceront dès la rentrée prochaine un projet visant à mettre en relation des enseignants et des séniors dans une trentaine de classes du canton

Le programme a pour objectif de recréer des liens entre les générations (photo : Pro Senectute) Le programme a pour objectif de recréer des liens entre les générations (photo : Pro Senectute)

Enseignants et séniors vont bientôt collaborer dans certaines écoles jurassiennes. Le projet Win3 de Pro Senectute Arc jurassien sera lancé dès la rentrée prochaine dans dix établissements scolaires du canton (Cornol, Courrendlin, Courtételle, Fontenais, Lajoux, Montfaucon, Montsevelier, Porrentruy, Saignelégier et Soyhières). Le concept a pour objectif d’intégrer, durant quelques heures par semaine, un bénévole retraité dans des classes enfantines ou primaires pour qu’il partage avec les élèves un savoir-faire, une expérience de vie ou encore diverses connaissances.

De nos jours, les différentes générations ne se mélangent pas beaucoup dans la société. Pro Senectute entend les rassembler et recréer des liens par le biais de ce programme. Les responsables de Win3 soulignent que le projet est profitable tant aux plus jeunes qu’aux séniors. Le ministre de la formation, Martial Courtet, estime également que l’expérience permet aux élèves de côtoyer d’autres personnes que leurs enseignants : 

Appel aux intéressés

Pro Senectute recherche une trentaine de bénévoles pour lancer le projet qui est déjà en test depuis l’an dernier à St-Imier et Neuchâtel. Toutes les personnes intéressées peuvent directement prendre contact avec l’association. Aucun prérequis n’est nécessaire. Les candidats doivent toutefois passer un entretien individuel. Une démarche originale a, ensuite, été mise en place pour créer des duos de travail comme nous l’explique le responsable du projet à Pro Senectute, Lucas Gigon : 

Phase de test

Le projet sera testé pendant deux ans. Au terme de cette période, le canton évaluera l’expérience et décidera d’une éventuelle extension à d’autres écoles. Si de nombreux enseignants ont fait part de leur intérêt, tout dépend du nombre de bénévoles à disposition.

Le financement est assuré par les communes à hauteur de 1'000 francs par classe et par année. La prestation deviendra, par la suite, gratuite, en dehors des frais de déplacement des bénévoles. /alr 


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus