Le canton du Jura, bon élève en matière de sanction des chauffards étrangers

Le Gouvernement jurassien a répondu à une question écrite du député PCSI Vincent Hennin qui ...
Le canton du Jura, bon élève en matière de sanction des chauffards étrangers

Le Gouvernement jurassien a répondu à une question écrite du député PCSI Vincent Hennin qui s’inquiétait des peines encourues par les chauffards étrangers dans le canton

Vincent Hennin au Parlement jurassien Vincent Hennin au Parlement jurassien

Les chauffards étrangers qui perdent l’usage de leur permis de conduire suite à une infraction commise dans le canton du Jura sont systématiquement dénoncés dans leur pays d’origine. C’est en substance la réponse du Gouvernement jurassien à une question écrite de Vincent Hennin. Le député PCSI souhaitait des précisions quant aux sanctions encourues par les conducteurs étrangers qui font l’objet d’une interdiction de circuler en Suisse. Dans sa réponse, l’exécutif estime que le canton fait partie des bons élèves en la matière.


Une égalité de traitement dans le canton du Jura

Dans le canton, les chauffards étrangers sont traités avec la même sévérité que les automobilistes suisses, selon le Gouvernement jurassien. Car ce qui inquiétait Vincent Hennin, c’est que les sanctions à l’encontre des chauffards étrangers diffèrent d’un canton à l’autre. Dans sa question écrite, il relevait une information parue dans la presse dominicale en février, selon laquelle certains cantons ne communiqueraient pas leurs décisions à l’international. Le député a souhaité savoir ce qu’il en était dans le canton, puisque le cas jurassien n’était pas mentionné dans l’article de presse.

Dans sa réponse, le Gouvernement explique que pour l’année 2018, l’OVJ, l’office jurassien des véhicules, a prononcé 244 décisions d’interdiction de conduire en Suisse à l’encontre de conducteurs étrangers. Et que toutes ces mesures ont été communiquées aux chauffards ainsi qu’à l’autorité étrangère compétente. Le Gouvernement ajoute que cette pratique de l’OVJ correspond au droit applicable en la matière et qu’elle respecte le principe de l’égalité de traitement entre conducteurs suisses et étrangers. /tna


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus