Référendum sur le budget de Delémont : le débat

Le président du comité référendaire pour le PDC, François Monin, ainsi que le conseiller de ...
Référendum sur le budget de Delémont : le débat

Le président du comité référendaire pour le PDC, François Monin, ainsi que le conseiller de ville socialiste Pierre Brulhart étaient invités de la matinale

François Monin (à droite) et Pierre Brulhart ont débattu durant une vingtaine de minutes. François Monin (à droite) et Pierre Brulhart ont débattu durant une vingtaine de minutes.

Les Delémontains sont appelés aux urnes le 30 juin pour se prononcer sur le budget 2019 de la capitale jurassienne. Un budget voté par le Conseil de ville le 29 octobre et attaqué par le PDC par voie de référendum. Le parti démocrate-chrétien, soutenu par le PLR et l’UDC, fustige surtout les dépenses selon lui déraisonnables liées à la création de 18,8 postes au sein de l’administration communale. Les citoyens devront donc répondre à la question « Acceptez-vous le budget communal 2019 adopté par le Conseil de ville de Delémont ? »

Pour en débattre, RFJ recevait vendredi dans la matinale le président du comité référendaire pour le PDC, François Monin, ainsi que le conseiller de ville socialiste Pierre Brulhart.

Le débat - Première partie

Le débat - Deuxième partie

Les grandes étapes du dossier :

29 octobre 2018 : le Conseil de ville vote la création de 18,8 postes au sein de l’administration communale. Cette décision n’est pas contestée et est entrée en force.

26 novembre 2018 : le Conseil de ville vote le budget 2019 qui intègre ces 18,8 postes et leurs charges financières respectives. C’est précisément cette décision que le PDC décide d’attaquer par voie de référendum.

6 février 2019 : Un avis de droit publié par un cabinet d’avocats delémontain, sur demande du Conseil communal, se prononce sur la validité du référendum. Les juristes estiment que le budget pourra être retouché en cas de « NON », mais pas le principe de la création des postes qui a été entériné par la décision du Conseil de ville du 29 octobre 2018. En résumé, même en cas de nouveau budget, ces 18,8 postes créés devront être réintégrés (N.D.L.R., avec la possibilité de les échelonner dans le temps). Ce qui fait dire au maire de Delémont Damien Chappuis : « la population va se déplacer aux urnes pour beurre ».

15 mars 2019 : le référendum prévu le 14 avril est repoussé dans l’attente d’un avis de la Cour constitutionnelle saisie par un citoyen, l’avocat Christophe Schaffter. Il conteste la validité matérielle d’un référendum pour empêcher un vote « qui ne sert à rien ».

22 mai 2019 : le recours est rejeté par la Cour constitutionnelle qui affirme que « ce ne sera pas un vote pour rien ». En effet, c’est le caractère raisonnable des dépenses qui est attaqué, donc le budget dans son ensemble.

30 juin 2019 : la population delémontaine va (enfin) pouvoir se prononcer sur le budget de la commune.


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus