Les comptes passent la rampe à l'unanimité à Porrentruy

Malgré un déficit supérieur de près de 600'000 francs à celui prévu dans le budget, le législatif ...
Les comptes passent la rampe à l'unanimité à Porrentruy

Malgré un déficit supérieur de près de 600'000 francs à celui prévu dans le budget, le législatif brutrutain a validé les comptes 2018 jeudi soir. Il a également accepté plusieurs crédits à hauteur de 825'000 francs

Les comptes 2018 de la ville qui affichent un déficit de près de 800'000 francs ont été acceptés à l'unanimité jeudi soir par le Conseil de ville. (Photo : archives) Les comptes 2018 de la ville qui affichent un déficit de près de 800'000 francs ont été acceptés à l'unanimité jeudi soir par le Conseil de ville. (Photo : archives)

Une séance attendue jeudi soir au Conseil de ville de Porrentruy. Outre les comptes 2018 qui ont été acceptés à l’unanimité par le législatif, les élus bruntrutains ont également dit oui à deux crédits destinés à des dossiers attendus par la population.

Le premier gros morceau de cette séance a été le crédit de 350'000 francs destiné à la réfection de la rue Pierre Péquignat, qui s’inscrit dans le projet Cœur de ville. Il s’agit d’un crédit d’études divisé en trois volets.

Au moment de présenter le crédit, Rosalie Beuret, conseillère municipale en charge du dossier a reconnu que le projet était attendu avec impatience par les citoyens. Un point qu’a d’ailleurs soulevé Sophie Barthod (PCSI), qui s’est dite déçue de devoir se prononcer sur un nouveau crédit d’étude et pas de travaux. « J’entends votre impatience, mais ces crédits sont indispensables, il n’est pas envisageable de se passer d’études préalables pour ce genre de dossier » a répondu Rosalie Beuret. Le crédit a été accepté à l’unanimité moins une abstention du PCSI.

Au niveau du calendrier, la demande de crédit de réalisation est prévue pour 2020. La réfection de la rue Pierre-Péquignat devrait débuter l’année suivante.

 

 

Un pas de plus vers l’agrandissement de la Maison de l’enfance

Second crédit attendu jeudi soir : celui destiné à l’agrandissement de la maison de l’enfance à Porrentruy. Il se monte à 475'000 francs et servira à élaborer plus précisément le projet de regroupement des différents sites de Porrentruy sur celui des Tilleuls qui verra la construction d’une extension du bâtiment existant. Le crédit a été accepté à l’unanimité. Le Conseil de ville puis le peuple devraient pouvoir se prononcer sur le crédit de réalisation avant l’été 2020.

Le législatif a également largement accepté un crédit cadre de 1,9 millions de francs destiné au renouvellement des conduites d’eau potable pour les années 2019-2022. Tous les groupes ont souligné le bon fonctionnement de ce mode de financement constaté jusqu’à présent.

 

 

La deuxième était la bonne pour les horodateurs

Les horodateurs passent la rampe cette fois-ci. Le Conseil de ville a largement accepté le crédit de 130'000 francs destiné à l’acquisition de 34 nouveaux horodateurs pour la ville de Porrentruy. Lors de la dernière séance du Conseil de ville, et suite aux nombreuses interrogations soulevées par certains membres du législatif, le Conseil municipal avait décidé de reporter le dossier afin d’apporter les précisions demandées. Une démarche qui a été saluée notamment par le PLR et le PDC qui avaient soulevé plusieurs interrogations.

 

 

Les comptes passent la rampe à l’unanimité

Enfin, les comptes 2018 ont également passé la rampe jeudi soir. Ils ont été acceptés à l’unanimité. Ils bouclent sur un déficit de plus de 800'000 francs, alors que le budget prévoyait une perte d’environ 200'000 francs. Mais ces résultats n’ont pas suscité tellement de discussions jeudi soir. La plupart des formations ont soutenu la politique d’investissements du Conseil municipal. Des investissements qui sont nécessaires pour l’avenir de la ville, même s’il faudra en prioriser certains ont alerté le PLR et le PDC. Le PDC qui s’est dit inquiet pour les finances futures. « Cette tendance ne nous rassure pas » a déclaré Sébastien Piquerez. « La situation n’est pas si catastrophique, a tempéré Mathilde Crevoisier-Crelier du groupe PS-Les Verts. La dette est stable et les charges que l’on peut maîtriser le sont également. Il ne faut pas céder à l’inquiétude. »

Quant au conseiller municipal en charge des finances, Manuel Godinat, il a déclaré que ces comptes « devront servir de base de réflexion pour l’élaboration du budget 2020. » /tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus