Un conteneur rempli de matériel pour le Bénin

Les responsables du jumelage entre l’Hôpital du Jura et l’Hôpital Saint-Jean de Dieu au Bénin ...
Un conteneur rempli de matériel pour le Bénin

Les responsables du jumelage entre l’Hôpital du Jura et l’Hôpital Saint-Jean de Dieu au Bénin ont envoyé lundi un chargement de matériel vers l’Afrique

Le chargement du camion a demandé une organisation conséquente. Le chargement du camion a demandé une organisation conséquente.

C’est une partie de Tetris géante qui s’est déroulée lundi matin devant le site delémontain de l’Hôpital du Jura. Les responsables du jumelage entre l’HJU et l’Hôpital Saint-Jean de Dieu à Tanguiéta, au Bénin, ont collecté des montagnes de matériel à envoyer en Afrique : lits de pédiatrie, chariots d’anesthésie, béquilles, chaises roulantes et autre matériel médical, habits, draps, linges, jouets, vélos et matériel scolaire… L’Hôpital du Jura participe à l’opération en faisant don de matériel médical, mais l’appel aux dons relayé sur les réseaux sociaux a incité de nombreux particuliers et des entreprises à se joindre à l’action.


Le début d’un long voyage

A l’arrivée très attendue du camion, vers 10h, une équipe de bénévoles s’est joyeusement activée pour charger le tout dans un conteneur de 12 mètres de long pour un volume d’environ 65 mètres cubes.

Ce camion doit désormais acheminer le conteneur vers le port d’Anvers, en Belgique, d’où il partira en bateau pour Cotonou, importante ville portuaire du Bénin. Ce trajet prendra à lui seul deux à trois mois. De là, un autre camion transportera le matériel vers Tanguiéta, à 600 kilomètres au nord. Au mois de janvier, Martine Cuttat et Astrid Fiorello, les deux infirmières de l’HJU responsable du jumelage, se rendront sur place par leurs propres moyens, avec leurs conjoints, pour organiser le déchargement.


La dure réalité de l’Hôpital Saint-Jean de Dieu

Martine Cuttat et Astrid Fiorello ont déjà eu l’occasion de se rendre à Tanguiéta, pour y travailler dans les soins durant six semaines. Elles ont été confrontées à une réalité brutale, comme le raconte Martine Cuttat :

Toute l’opération est bénévole, et aucun intermédiaire n’intervient entre la collecte du matériel et la livraison au Bénin. /lad


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus