Une pétition contre la traversée du village à Courroux

Des citoyens ont déposé hier un paquet de plus de 1000 signatures pour réclamer un référendum ...
Une pétition contre la traversée du village à Courroux

Des citoyens ont déposé hier un paquet de plus de 1000 signatures pour réclamer un référendum sur les mesures prévues pour réaménagement de la rue du 23 juin

Pascal Prince et Raphael Cremona (de gauche à droite) ont déposé les signatures jeudi à l'administration communale de Courroux. Pascal Prince et Raphael Cremona (de gauche à droite) ont déposé les signatures jeudi à l'administration communale de Courroux.

Le projet de traversée du village à Courroux ne met pas tout le monde d'accord. Jeudi, Raphaello Cremona et Pascal Prince ont déposé un paquet de 1038 signatures à l’administration communale du village. La pétition demande un référendum sur les aménagements prévus pour la réfection de la rue du 23 juin à Courroux. Dans un communiqué publié vendredi, ils expliquent que la population a été entendue lors de séances publiques, mais que le dernier mot ne lui appartient pas.

Le mouvement Mobilitant.org, au nom duquel la pétition a été déposée, ne s’oppose pas à la totalité du projet. Mais il estime que certaines mesures ne sont pas nécessaires et entraveraient la circulation, comme la limitation à 30 km/h, les arrêts de bus ou les dos-d’âne.


Pas de référendum, mais le peuple aura son mot à dire

Du côté des autorités communales, la pétition ne surprend guère. « Ce n’est pas étonnant, c’est un sujet qui suscite beaucoup de discussions, nous a confié le maire Philippe Membrez. Le Conseil communal ne peut pas faire la sourde oreille face à ces signatures. Il se penchera avec attention sur le contenu des demandes. Cependant, je tiens à rappeler que le droit de référendum communal n’existe pas à Courroux. C’est réservé aux communes qui ont un Conseil général ou un Conseil de ville. Mais le projet passera de toute manière devant les citoyens, comme cela était prévu depuis le début » précise encore le maire.

Enfin, si Philippe Membrez salue la démarche « respectable » de la pétition, il regrette cependant quelques erreurs factuelles dans l’argumentaire. « La pétition s’oppose aux 30 km/h, mais le projet prévoit une vitesse à 50 km/h. Et le nombre de places de parc va augmenter et non pas diminuer » conclut-il. /tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus