Les alternatives à l’école traditionnelle font de plus en plus d’adeptes

Dans une réponse à une question écrite du député PLR Alain Bohlinger, le Gouvernement jurassien ...
Les alternatives à l’école traditionnelle font de plus en plus d’adeptes

Dans une réponse à une question écrite du député PLR Alain Bohlinger, le Gouvernement jurassien déclare que 44 élèves devraient suivre l’école à la maison en 2019… soit 13 de plus qu’à la rentrée précédente

De plus en plus de parents jurassiens choisissent une alternative à l'école traditionnelle pour leur enfant. (photo : Pixabay) De plus en plus de parents jurassiens choisissent une alternative à l'école traditionnelle pour leur enfant. (photo : Pixabay)

L’école à domicile séduit de plus en plus, dans le Jura. C’est ce que révèle le Gouvernement jurassien dans une réponse à la question écrite du député PLR Alain Bohlinger. Ce dernier a souhaité connaître le nombre de demandes pour suivre l’école à la maison dans le Jura. 

A la rentrée 2019, 44 jeunes ont été annoncés comme suivant un enseignement à domicile, soit 13 de plus qu’en 2018. Et en 2017, ils n’étaient que 25. Toutefois, les chiffres de 2019 sont à relativiser : il y a parmi ces 44 jeunes neuf enfants qui seront scolarisés dans l’école Mahana. Cette nouvelle structure scolaire accueillera dès le 21 octobre prochain des jeunes entre 4 et 18 ans. Il s’agit d’une école démocratique, basée sur l’apprentissage libre, où les enseignants sont des professionnels. Donc si l’on exclut ces neuf jeunes, seuls 33 autres suivent la « vraie » école à la maison en 2019… à noter que parmi eux, deux enfants doivent retourner à l’école publique, suite à l’ouverture d’une procédure pour défaut de résultats, selon le Gouvernement. 

Dans sa question écrite, le député PLR Alain Bohlinger demandait justement quels sont les résultats des contrôles annuels effectués par le Service de l’enseignement. Si plusieurs enfants ont obtenus des résultats suffisants, onze parents ont été avertis qu’il fallait remédier à des difficultés naissantes ou atteindre des attentes fondamentales du plan d’étude romand. Le Gouvernement a également informé que de manière générale, les élèves scolarisés en milieu privé rejoignaient généralement une structure scolaire à l’entrée en secondaire. L'exécutif cantonal ne dit rien quant à l’intégration sociale de ces jeunes dans le cursus classique. /cto


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus