Commentaire : les malheurs de Manfred et consorts

Le conseiller national UDC Manfred Bühler n’a pas été réélu dimanche et le Jura bernois perd ...
Commentaire : les malheurs de Manfred et consorts

Le conseiller national UDC Manfred Bühler n’a pas été réélu dimanche et le Jura bernois perd son unique siège aux Chambres fédérales

Manfred Bühler n'a pas été réélu dimanche au Conseil national (photo : archives). Manfred Bühler n'a pas été réélu dimanche au Conseil national (photo : archives).

Les élections fédérales ont fait de la casse dimanche, notamment dans le canton de Berne. L’UDC de Cortébert Manfred Bühler n’a pas été réélu hier au Conseil national. Le Jura bernois ne comptera donc plus de représentant aux Chambres fédérales. Manfred Bühler suit ainsi le même chemin que son collègue de parti Jean-Pierre Graber qui n’avait pas été réélu en 2011. 

Le commentaire de François Comte :

C’est un camouflet pour Manfred Bühler qui se voit ainsi relégué au rang de maire de sa commune de Cortébert. Le candidat de l’UDC JB a terminé à la 9e place de la liste du parti agrarien bernois, soit seulement deuxième des viennent-ensuite. Un résultat qui ne lui permet même pas d’espérer une élection de Werner Salzmann au Conseil des Etats pour sauver son siège. Le canton de Berne a, certes, perdu un fauteuil au National, les Verts ont, certes, connu une progression alors que l’UDC a perdu des plumes mais tout de même : le résultat du sortant Manfred Bühler n’est pas brillant. Le candidat de l’UDC JB avance un autre argument : la faible participation dans le Jura bernois - seulement 36,8% - ce qui lui permet de relativiser sa défaite et le fait que le Jura bernois n’aura plus d’élu sous la Coupole fédérale :

Manfred Bühler nuance ainsi ce qui est une réalité : le poids du Jura bernois qui représente une quantité négligeable dans la vie politique bernoise. Il est ainsi très difficile – voire impossible – pour un candidat de la partie francophone du canton de Berne d’assurer une élection aux Chambres fédérales sans bénéficier du cumul sur une liste d’un parti cantonal. Manfred Bühler – par ailleurs parfait bilingue - avait pourtant misé sur son antiséparatisme farouche pour se profiler au sein de son parti. Un élément qui n’a pas été suffisant mais le maire de Cortébert ne remet pas cet aspect en cause pour autant :

Manfred Bühler passe ainsi à côté d’une autre conclusion : les électeurs de la partie germanophone du canton de Berne se moquent comme d’une guigne de la Question jurassienne, des débats sur l’appartenance cantonale de Moutier et même du Jura bernois en tant qu’entité francophone. Leur intérêt ne dépasse pas, au mieux, une forme de sympathie qui frôle parfois la condescendance. Il ne se traduit pas par un soutien dans les urnes, du moins pas au point de privilégier un candidat francophone au détriment d’un alémanique. Seule l’UDC du Jura bernois ne semble pas l’avoir compris… /fco


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus