Plus de 3'700 signatures pour de l’ombre à Delémont

Une pétition pour la sauvegarde des tilleuls de la Place Roland-Béguelin a été remise à la ...
Plus de 3'700 signatures pour de l’ombre à Delémont

Une pétition pour la sauvegarde des tilleuls de la Place Roland-Béguelin a été remise à la Chancellerie communale ce mardi

Co-auteur de la pétition, Emmanuel Martinoli remet ici les signatures à la chancelière delémontaine Edith Cuttat Gyger. Co-auteur de la pétition, Emmanuel Martinoli remet ici les signatures à la chancelière delémontaine Edith Cuttat Gyger.

Nouvelle étape dans le débat sur le réaménagement de la Place Roland-Béguelin à Delémont. Une pétition demandant la conservation des tilleuls a été remise à la Chancellerie communale mardi matin. Elle est munie de 3'733 signatures. En un mois, les initiants ont donc trouvé un large écho au sein de la population. Pas moins de 1'744 Delémontains ont signé, de même que 775 habitants des villages de l’agglomération, 714 citoyens d’autres communes du Jura et 500 personnes résidant en dehors du canton. « Les signataires sont des gens de tous âges et de tous milieux sociaux. Ceux qui ne résident pas en ville ont toutefois une relation directe avec Delémont », disent les initiants.

Pour rappel, le réaménagement de la Place Roland-Béguelin fait beaucoup parler de lui dans la capitale jurassienne. Des voix se sont élevées contre l’abattage des arbres qui était initialement prévu dans le projet. Un groupe de citoyens s’est formé pour demander le maintien des tilleuls, puis de mieux les soigner et les tailler. Ils souhaitent aussi avoir de l’ombre naturelle sur le site. Les auteurs de la pétition affirment enfin ne pas être contre le réaménagement de la place, mais demandent de revoir tout le projet. Lors du Conseil de ville du 28 octobre dernier, les autorités ont rappelé qu’aucune décision n’avait encore été prise.

 

Vers une soirée publique ?

La commune de Delémont souhaite la tenue – le 20 novembre prochain – d’une table ronde « restreinte » réunissant une délégation des pétitionnaires et les commissions communales concernées. Dans un deuxième temps, une soirée ouverte à tous serait organisée début 2020 pour permettre à la population de participer au processus. « Ce débat est le seul moyen qui permettra aux autorités de tenir compte du mécontentement. Ce genre de réunion est plus démocratique qu’une table ronde sous forme de conclave », a déclaré Emmanuel Martinoli, co-auteur de la pétition. /rch

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus