L’économie présentielle doit être renforcée dans l'Arc jurassien

Le trafic pendulaire représente un frein au développement de ce secteur de l'économie régionale ...
L’économie présentielle doit être renforcée dans l'Arc jurassien

Le trafic pendulaire représente un frein au développement de ce secteur de l'économie régionale, selon les conclusions de l'étude menée par la Haute école de gestion Arc et présentées jeudi matin à Delémont

Les spécialistes se sont retrouvés jeudi matin au Musée d'art et d'histoire de Delémont. (Photo : Archives) Les spécialistes se sont retrouvés jeudi matin au Musée d'art et d'histoire de Delémont. (Photo : Archives)

Favoriser le local et les circuits courts, renforcer la domiciliation ou améliorer la visibilité des entreprises régionales. Ce sont quelques-unes des pistes évoquées jeudi matin à Delémont pour redonner du souffle à l’économie de l’Arc jurassien. Des spécialistes, des représentants régionaux du privé, des communes et des cantons étaient réunis dans la capitale jurassienne. Ils ont évoqué les avancées liées au projet pilote de la Confédération, le « PHR Economie ». Le projet cherche à comprendre pourquoi la région stagne en matière économique et démographique. Les premiers résultats ont été présentés jeudi matin.


Une étude de la HE-Arc comme base de travail

Dans l’Arc jurassien, « on estime à 560 millions de francs par année les fuites financières liées à l'économie présentielle, a expliqué Nicolas Babey, professeur à la Haute-école de gestion Arc. Cette économie concerne les activités qui nécessitent la présence physique de personnes, par exemple le boulanger, le boucher, le médecin ou l’enseignant. Et cela représente la plus grande partie des emplois d’une région », précise encore le spécialiste. Nicolas Babey a avancé plusieurs pistes jeudi matin afin de renforcer cette économie présentielle :

Nicolas Babey : « quand on sait où l'argent part, on peut imaginer les solutions »

Des projets aussi à Delémont

La ville de Delémont était représentée par son maire Damien Chappuis. Il en a profité pour présenter les projets menés dans la capitale jurassienne en lien avec le plan d’aménagement local 2030. « Il s’agit un peu de reconstruire la ville sur la ville, a expliqué le maire. Nous ne cherchons pas à nous étendre, mais à optimiser les espaces déjà à disposition. » Il a notamment été question des synergies qui seront mises en place entre la vieille ville et le centre-gare. Le nombre de locaux vides a pu être largement réduit. Un projet d’aménagements éphémères pourrait aussi voir le jour aux alentours de la gare en 2020. /tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus