La FICD se dit en péril

La Fédération interjurassienne de coopération et de développement pourrait voir la subvention ...
La FICD se dit en péril

La Fédération interjurassienne de coopération et de développement pourrait voir la subvention accordée par le Gouvernement jurassien diminuer de 250'000 à 50'000 francs. Elle ne cache pas son inquiétude

Le président de la FICD est ici au Cameroun en compagnie d'étudiants de l'Institut agricole d'Obala, soutenu par le Jura. Ce soutien pourra-t-il perdurer? (archive). Le président de la FICD est ici au Cameroun en compagnie d'étudiants de l'Institut agricole d'Obala, soutenu par le Jura. Ce soutien pourra-t-il perdurer? (archive).

Les coupes financières prévues par le Gouvernement jurassien pour le budget 2020 pourraient sonner le glas de la FICD. La Fédération interjurassienne de coopération et de développement se dit inquiète pour son avenir à la lecture de l’amendement de l’Etat qui envisage de diminuer sa subvention de 200'000 francs. Le montant qui lui est alloué passerait ainsi de 250'000 francs cette année à 50'000 francs l’an prochain. La Fédération ne pourrait donc plus appuyer les trente-six associations membres, dont l’Institut agricole d’Obala au Cameroun, Jura-Afrique, le Groupe Nicaragua ou encore la Fondation SEMRA en Arménie. La FICD note que si la mesure gouvernementale était confirmée, le Jura serait relégué en queue de peloton des cantons latins en matière de coopération au développement. /rch

Président de la FICD, Olivier Girardin espère que les débats à venir au Parlement permettront un revirement de la situation (à écouter ci-dessous) :


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus