« Dans la guerre, le calme est très dangereux »

La Société jurassienne d’Emulation publie le journal de guerre de Darko Vulic. Etabli aujourd’hui ...
« Dans la guerre, le calme est très dangereux »

La Société jurassienne d’Emulation publie le journal de guerre de Darko Vulic. Etabli aujourd’hui dans le Jura, cet artiste bosnien a vécu de l’intérieur la guerre de Bosnie-Herzégovine et de Sarajevo

Darko Vulic pose devant ses écrits et ses illustrations. Darko Vulic pose devant ses écrits et ses illustrations.

C’est un homme bouleversé qui présente ses écrits ce mardi. Darko Vulic est un artiste d’une soixantaine d’années, au physique robuste, mais au cœur chamboulé. Dans la voix, dans l’attitude, on sent que l’individu a été touché, choqué par ce qu’il a vécu en Bosnie-Herzégovine et à Sarajevo. Il raconte les tirs qu’il a entendus au quotidien pendant la guerre qui a sévi dans les années 90. Il évoque, par exemple, cet instant où il porte secours à un autre soldat qui reçoit au même moment une balle en pleine tête. Cela aurait pu être lui. Mais Darko Vulic est encore en vie et il est établi aujourd’hui à Boncourt, où il essaie tant bien que mal de se reconstruire après le choc : « Dans la guerre, le calme est très dangereux ». Il se souvient des tirs, des chutes d'obus dont il imite le bruit. Glaçant.


Un artiste au front

Dans « Luminy, journal d’un artiste : Sarajevo 1992-1994 », le regard de Darko Vulic est très personnel. Il raconte son vécu dans ses récits et au travers de ses illustrations. Il rappelle qu’en temps de guerre chaque petite attention peut s’avérer un immense bonheur. C’est le cas d’un café, d’une bougie ou encore d’un rayon de soleil. Cela se ressent en prenant connaissance de l’ouvrage publié par la SJE, la Société jurassienne d’Emulation. Ce dernier se base sur des contributions que l’artiste bosnien a données au Musée jurassien d’art et d’histoire il y a cinq ans. La SJE a estimé pertinent de publier le travail de Darko Vulic pour sensibiliser la population jurassienne à ce que certaines personnes établies aujourd'hui dans notre région ont pu vivre par le passé.

« Luminy, journal d’un artiste : Sarajevo 1992-1994 » est disponible auprès de la Société jurassienne d’Emulation, du Musée jurassien d’art et d’histoire et dans les librairies. /mle

Martin Choffat, président de la SJE : « Très poignant »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus