15 minutes par jour pour redonner aux jeunes le goût de la lecture

Le projet « Silence, on lit ! » a été lancé le 27 janvier dernier au sein de la Division Santé-Social-Arts ...
15 minutes par jour pour redonner aux jeunes le goût de la lecture

Le projet « Silence, on lit ! » a été lancé le 27 janvier dernier au sein de la Division Santé-Social-Arts du CEJEF à Delémont. Il durera jusqu’au 14 février

Les affiches du projet  « Silence, on lit ! » ont été réalisées par les élèves Les affiches du projet « Silence, on lit ! » ont été réalisées par les élèves

Poser ses cahiers et lire, juste pour le plaisir. Le projet « Silence, on lit ! » a été lancé le 27 janvier dernier au sein de la Division Santé-Social-Arts (DIVSSA) du Centre jurassien d'enseignement et de formation (CEJEF) à Delémont. Présenté mercredi matin à la presse, il a pour objectif de redynamiser la lecture auprès des jeunes. Il repose sur cinq piliers : le silence, le quotidien (instaurer un rituel), la participation (obligatoire pour tous : élèves, enseignants et collaborateurs), le support papier et la liberté, presque totale, du choix de l'œuvre. Il touche quelques 650 élèves et près de 100 collaborateurs, y compris les enseignants. « La lecture n’est pas réservée aux intellos, c’est pour tout le monde », s’exclame le directeur de la DIVSSA, Sébastien Gerber. Selon lui, le projet impacte le PER, le plan d’étude romand, mais il n’entrave toutefois pas le bon déroulement des apprentissages.

Sébastien Gerber : « Des efforts ont été consentis par les enseignants pour que ce projet puisse avoir lieu »

Avec « Silence, on lit ! », l’objectif est clairement de « reconnecter les élèves à une lecture plaisir », souligne Valérie Froté, bibliothécaire au sein de la DIVSSA. Selon elle, la lecture apprentissage prime dès le secondaire où la lecture plaisir et la lecture évasion sont mises de côté.


Valérie Froté : « On espère reconnecter les jeunes à la lecture plaisir »

« Les livres contribuent à façonner notre vie », ce sont les mots de Martial Courtet, chef du Département de la formation, de la culture et des sports. Il souligne que dans ce monde ultra-connecté, la lecture occupe toujours une place importante, même si certains jeunes ne lisent presque plus par plaisir. Le ministre jurassien relève que ces trois semaines serviront à susciter le plaisir et le déclic de lire auprès des élèves du secondaire. L’ancien enseignant de français souligne un désintérêt croissant des jeunes pour la lecture :


Martial Courtet : « Il est important d’avoir ce lien presque kinesthésique avec un livre »

Les élèves lisent 15 minutes par jour, de 10h25 à 10h40. Les élèves lisent 15 minutes par jour, de 10h25 à 10h40.

De leur côté, les élèves ont le choix du livre. Depuis le 27 janvier, de 10h25 à 10h40, c’est le même rituel : les jeunes posent leur cahier et lisent. Un projet qui a su séduire Julie et Evodie :

« Ca permet de se plonger dans sa bulle et de faire une pause pendant les cours »

« Silence, on lit ! » se termine le 14 février prochain. Un bilan sera tiré par les enseignants et le conseil des élèves pour voir si le projet sera pérennisé ou s’il faut lui apporter des modifications. /ech


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus