Commentaire : Moutier à la fois jurassienne et bernoise ? Allons donc !

Deux professeurs assistants de sciences politiques estiment que la cité prévôtoise pourrait ...
Commentaire : Moutier à la fois jurassienne et bernoise ? Allons donc !

Deux professeurs assistants de sciences politiques estiment que la cité prévôtoise pourrait appartenir aux deux cantons. Ils citent notamment un exemple bosnien

L'avenir cantonal de Moutier fait toujours jaser (archive d'illustration). L'avenir cantonal de Moutier fait toujours jaser (archive d'illustration).

Être à la fois jurassienne et bernoise : une solution pour Moutier. C’est l’opinion exprimée ce vendredi dans le journal Le Temps par deux professeurs assistants de sciences politiques aux Universités de Lausanne et Genève. Sean Müller et Nenad Stojanovic estiment que la cité prévôtoise pourrait continuer de gérer et financer ses affaires locales de manière autonome, et d’appliquer le droit fédéral. Mais chaque habitant pourrait décider s’il préfère s’affilier juridiquement et politiquement au canton du Jura ou au canton de Berne. Les deux universitaires citent en exemple l’agglomération de Brcko, en Bosnie-Herzégovine, qui est située dans un Etat composé de deux entités autonomes.


Le commentaire Raphaël Chalverat

La ville de Moutier serait donc à la fois libre et autonome, mais aussi un condominium des cantons du Jura et de Berne. Voilà une nouvelle idée sortie d’un chapeau universitaire et qui serait une sacrée gabegie à mettre en place. D’accord ! Offrons donc aussi aux Jurassiens la possibilité de payer leurs impôts à Zoug tout en restant établis dans le canton. Dès dimanche, proposons également à ceux qui voteront « oui » à l’initiative pour davantage de loyers abordables de pouvoir bénéficier d’un logement à bas coût et à ceux qui voteront « non » de payer le double. Au sujet de l’interdiction de la discrimination en raison de l’orientation sexuelle, punissons ceux qui voteront « oui » et qui n’appliqueront pas la règle, mais laissons tranquilles ceux qui voteront « non ». Allons donc ! La démocratie n’est pas un jeu. Elle n’est pas à la carte non plus. Dans le cas de Moutier, le fait que la ville soit majoritairement autonomiste depuis 1982, qu’un « oui » au Jura soit sorti des urnes en 2017 et que le maire Marcel Winistoerfer ait été réélu avec 61% des voix en 2018 est balayé d’un revers de main. Pas très universitaire, tout ça. Et que dire de la comparaison avec la Bosnie-Herzégovine, un pays meurtri par une guerre civile qui a fait 100'000 morts et 2 millions de réfugiés ? Elle fait froid dans le dos, tout simplement.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus