Les syndicats jurassiens montent au créneau au sujet du contrat-type

Les syndicats saluent l’appui des partis politiques, mais ils rappellent qu’il ne s’agit pour ...
Les syndicats jurassiens montent au créneau au sujet du contrat-type

Les syndicats saluent l’appui des partis politiques, mais ils rappellent qu’il ne s’agit pour l’heure que d’une mise en consultation, et que l’heure du combat politique n’est pas encore venue

Pour les syndicats, le contrat-type doit être reconduit, mais uniquement s'il respecte la loi cantonale sur le salaire minimum. (Image : pixabay) Pour les syndicats, le contrat-type doit être reconduit, mais uniquement s'il respecte la loi cantonale sur le salaire minimum. (Image : pixabay)

Il faut laisser les syndicats faire leur travail. C’est ce qu’ont déclaré lundi matin à Delémont des représentants des trois syndicats qui font partie de la comission tripartite LIPER, à savoir : Unia, l’Union syndicale suisse et Syna. 

La semaine dernière, plusieurs partis politiques jurassiens sont montés au créneau pour dénoncer la volonté du Gouvernement de reconduire le contrat-type dans la vente. Ce dernier prévoit des salaires minimaux inférieurs à ceux prévus dans la loi entrée en vigueur le 1er février 2020. La Loi sur le salaire minimum cantonal prévoit une rémunération minimale de 20 francs par heure. Le contrat-type pour le personnel de vente prévoit, lui, un minimum de 18,57 francs. Lundi matin, les syndicats ont rappelé que ce projet n’en était qu’à sa mise en consultation.

« Le Gouvernement jurassien a les clés en mains. C'est à lui qu'appartient la décision de reconduire ou non ce contrat-type, précise Thomas Sauvain, secrétaire général de l’union syndicale jurassienne. Nous ne pouvons que regrétter la décision prise par la comission tripartite, mais il ne s'agit que d'un avis, que le Gouvernement peut décider de suivre ou non. » L’heure du combat politique n’est pas encore venue, selon Thomas Sauvain :

Thomas Sauvain : « Nous avons l’espoir d’être entendus par le Gouvernement »

Les trois syndicats se sont dits favorables à un contrat-type dans la vente, mais uniquement s'il respecte le salaire minimum prévu par la loi cantonale. La période de mise en consultation court jusqu'au 23 mars. /tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus