Les tiques sont de retour

Avec le début de la belle saison, la présence de l’acarien dans nos régions s’est fortement ...
Les tiques sont de retour

Avec le début de la belle saison, la présence de l’acarien dans nos régions s’est fortement intensifiée. L’Office fédéral de la santé publique recommande la vaccination contre l’encéphalite à tiques

L'ixodes ricinus, la tique la plus courante en Suisse. (photo : pixabay) L'ixodes ricinus, la tique la plus courante en Suisse. (photo : pixabay)

En cas d’activité en plein air, gare à la morsure de la tique ! Avec l’arrivée du printemps, le petit acarien est de retour dans nos contrées. Les tiques sont désormais répandues sur la plupart du territoire suisse, jusqu’à environ 2'000 mètres d’altitude. Leur habitat se trouve principalement dans les forêts de feuillus et les forêts mixtes avec un sous-bois dense, ainsi que dans les zones herbeuses, dans les clairières et les sentiers forestiers. Elles sont plus rares dans les parcs bien entretenus qui ne bordent pas une forêt.


Un danger pour l’homme

Depuis de la végétation basse (1m50 max), la tique guette patiemment le passage d’un hôte pour s’y accrocher et le mordre. Il s’agit généralement de petits rongeurs, d’oiseaux ou d’animaux sauvages de plus grande taille tels que des chevreuils. Elle peut aussi s’accrocher à des animaux domestiques (chiens et chats) et quelques fois à l’homme.

La tique peut transmettre plusieurs maladies à l’être humain. Les deux principales étant la borréliose de Lyme et la méningo-encéphalite verno-estivale, également nommée encéphalite à tiques. En Suisse, selon la zone, 5 à 50% de ces acariens sont porteurs de la bactérie de la borréliose, infectant chaque année 6’000 à 12'000 personnes. La maladie peut être éradiquée efficacement si elle est traitée à temps par antibiothérapie.

Concernant l’encéphalite, environ 1% des tiques en Suisse peuvent transmettre le virus à l’homme. Il y a chaque année 100 à 250 cas confirmés, dont 80% nécessitent une hospitalisation du malade.

Compte tenu de la forte propagation de la tique et du danger d’encéphalite, l’Office fédéral de la santé publique recommande une vaccination chez tous les adultes et enfants (généralement à partir de 6 ans).


Il y a une app' pour ça…

Depuis 2015, une application pour smartphone aide à gérer les piqûres de tiques. Intitulée « Zecke – Tique », elle est développée par la Haute école zurichoise des sciences appliquées et contient une carte des dangers et une marche à suivre en cas de morsure. Un outil permet également à la « victime » de surveiller son état de santé. Les données introduites sont envoyées et traitées confidentiellement pour actualiser la carte des dangers. /dsa

Les tiques sont largement répandues dans l'Arc jurassien, selon le microbiologiste Reto Lienhard


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus